Ecrire un avis

Une histoire de lutte contre le sida

Une histoire de lutte contre le sida
Nouveau monde 400 pages
1 critique de lecteur

Avis de Patricia : "La lutte contre le sida: une histoire française"

Cet ouvrage alors que le SIDA est reconnu comme une pandémie depuis 2002 et alors que les premiers signes de cette maladie apparaissent aux USA dans les années 1970. Considéré comme une zoonose, tel le corinavirus, cette maladie passe du singe à l’homme avant la Première mondiale dans les forêts du Cameroun (alors colonie allemande) et compte de nombreuses personnes infectées à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) dans les années 1920. Si au départ les hommes sont plus frappés que les femmes, de nos jours c’est le contraire.

En fait cet ouvrage, s’il signale les origines et les moyens de propagation du virus, ainsi que les avancées dans le traitement du SIDA au fur à mesure qu’elles ont lieu, est plutôt un catalogue de réactions de diverses personnalités culturelles (dont les responsables religieux) et associations face à la propagation du virus en France. Retenons ce bon mot d’André Santini au sujet des très grandes réticences du cardinal Albert Decourtray vis-à-vis du préservatif : « Il n’a rien compris au préservatif, la preuve c’est qu’il le met à l’index ».

Il est difficile d’évaluer précisément le nombre de personnes ayant contracté, car des pays et en particulier la Chine minorent leurs chiffres ; on peut estimer à environ quatre-vingt millions les gens ayant eu cette maladie. Le continent africain est le plus frappé mais avec des fortes différences d’un pays à l’autre, l’est et le sud comptent bien plus de gens infectés que l’ouest et le nord.

Parmi les nombreux textes cités de malades, on trouve pages 108-109 l’entretien accordé, fin 1987 au Nouvel Observateur par Jean-Paul Aron, historien de la bourgeoisie et de l’alimentation mais aussi neveu de Raymond Aron. Il a été la première personnalité française à parler publiquement de sa maladie.  Quelques pages plus loin, on trouve le témoignage des doctoresses Christine Katlma qui soigne à l’hôpital Claude-Bernard une partie des premiers malades français atteints du SIDA et de Christiane Marty-Double à qui incombe la même tâche à Nîmes (elle est d’ailleurs une fondatrice de l’association Aides). Les réactions de diverses associations s’occupant des prostituées et des homosexuels sont largement mises en exergue ; notons page 460 une chronologie de la législation française de 1946 à nos jours sur les travailleurs du sexe, leurs proxénètes et leurs clients.   

Dans le domaine culturel, il y a le rappel que le film largement autobiographique Les Nuits fauves reçut le césar du meilleur film français en 1992, quelques jours après que son réalisateur Cyril Collard (et acteur principal) ne meure du SIDA. On peut voir ce dernier parler de son film ici https://www.youtube.com/watch?v=FSmrmfWKr30.  Parmi la quinzaine d’illustrations proposées, on retrouve un cliché de l’affiche du film. En annexe, on d’autre part une filmographie internationale de fiction (au moins officieusement) autour du SIDA.

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Patricia

Note globale :

Par - 97 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :