Ecrire un avis

La laïcité en France et dans le monde

La laïcité en France et dans le monde
La Documentation française64 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Des marches vers des laïcités diverses et variées"

Valentine Zuber, membre de la Vigie de la laïcité; Ce dossier « vise à éclairer les enseignants en quête de définitions claires  et d’éléments de comparaison sur un sujet ardu, comme les citoyens avides d’en savoir plus sur une question essentielle au vivre-ensemble ». Ceci « afin d’en mieux appréhender les contours variables à travers le temps et l’espace, le dossier croise approche historique et perspective internationale (…) ce double prisme [permet] de répondre au mieux à la manière dont la notion est abordée dans les programmes d’éducation morale et civique publiés en juin 2015 ». Il s’agit de voir l’évolution historique qui amène en France une société théocratique à un environnement laïc.  Les comparaisons entre la situation hexagonale et d’autres États permettent de centrer et relativiser le concept à partir de différents types d’évolutions suivies en matière de laïcité par ces pays.

L’ouvrage se présente avec une première partie d’une quinzaine de pages, elle est intitulée "Le point sur". On y trouve quatre chapitres: Qu’est-ce qu’un État laïque ?, Brève histoire de la laïcité, Laïcisation et sécularisation: deux processus distincts, Les nouveaux défis de la laïcité. On peut y lire :

« En France, deux philosophes de la laïcité s’affrontent : l’une, qui a prévalu au moment des débats sur la loi du 9 décembre 1905 portant séparation des Églises en matière religieuse et lui donne par ailleurs un rôle de garant de la liberté de religion et de conviction reconnue à tous les citoyens ; l’autre, plus interventionniste, tend à vouloir neutraliser l’espace public et à privatiser l’expression et la pratique religieuse des individus » (page 2).

« Les États occidentaux ont dû remettre en question leur perception de la nation et de la citoyenneté, afin d’y pouvoir intégrer les musulmans, tout en luttant contre les discriminations, cette fois-ci non plus seulement raciales, mais de plus en plus religieuses » (page 13).

La seconde partie se nomme "Thèmes et documents", elle couvre une cinquantaine de pages et elle démarre avec la sous-partie "Aux origines". On y trouve les chapitres suivants: "Le modèle théocratique biblique", "Christianisation et luttes contre les hérésies", "La chrétienté médiévale face au pouvoir temporel",  "La Réforme entre schisme et rupture politique", "A l’origine de l’État moderne", "Le difficile avènement de la tolérance". La seconde sous-partie a pour titre "La laïcité en France", "La rupture révolutionnaire", "1795/1905 : la séparation des Églises et de l’État", "La loi de 1905 est-elle menacée ? " (En 2016 Virginie Duby-Muller,Jean Leonetti, Thierry Mariani, Éric Ciotti, Philippe Vitel,Valérie Boyer et d’autres députés proposent de rajouter après "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale" ", et devant "elle respecte toutes les croyances" dans l’article 1er de la Constitution "de tradition chrétienne"), "L’État face au débat islam versus laïcité", "École et laïcité", "Des exceptions à la laïcité de séparation".  On note singulièrement :

« Pour une question financière, le roi Philippe le Bel décide d’empiéter délibérément sur les prérogatives du pape Boniface VIII.  Celui-ci réaffirme en retour sa primauté absolue. Le roi fait alors enlever le pape et l’astreint, lui et ses successeurs, à une résidence surveillée à Avignon  (1303-1378) » (page 22).

« Opposée à la compréhension catholique du gouvernement civil inféodé aux autorités religieuses, et en particulier au pape, la doctrine politico-religieuse d’origine protestante a proclamé au contraire la supériorité absolue du temporel sur le spirituel. (…) Les contentieux ne seront plus réglées par des tentatives –toujours vouées à l’échec- de réconciliation doctrinale, mais par des règles civiles et juridiques laïcisées dont le primat est désormais reconnu par tous » (page 26).

La troisième sous-partie est intitulée "Les laïcités dans le monde aujourd’hui". Elle est segmentée en les points suivants : "Droits de l’homme et liberté religieuse", "Une sécularisation européenne exceptionnelle ?" (avec une laïcisation conflictuelle en pays catholiques et une progressive sécularisation en pays protestants), "Le cas des pays orthodoxes", "La Turquie est-elle laïque ?", "Au Canada : inclusion ou séparatisme ?", "La laïcité à l’américaine", "La précocité de la laïcité mexicaine", "Mutation de la laïcité dans le sous-continent indien" (on voit que le Bangladesh est une "république laïque et démocratique" à sa fondation par la Constitution de 19721, mais en 1988 l’islam y est devenu la religion d’État), "Singapour, un modèle original de coopération", "Afrique subsaharienne : une réinterprétation des modèles importés ?", "États musulmans : une sécularisation souterraine" (Tunisie et Maroc ont connu des évolutions en ce sens).

Il est possible de relever ainsi :

« Loin de signer le déclin irréversible des religions, les recompositions actuelles sont au contraire marquées par un grand foisonnement, même si c’est de manière différenciée, dans tous les pays concernés. C’est moins le triomphe de l’indifférence religieuse et du matérialisme marchand que celui d’une inventivité culturelle particulièrement sensible à tous les échelons des sociétés européennes » (page 44).

Beaucoup d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 451 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :