Ecrire un avis

Maximilien Kolbe

Maximilien Kolbe
Artège 172 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Un franciscain en camp de concentration"

La préface, de cet ouvrage d’Alexia Vidot journaliste à La Vie, est de Martin Steffens agrégé de philosophie et auteur d’ouvrage sur la pensée de Simone Weill. Ce n’est pas la première biographie consacrée au père Maximilien Kolbe, ce Franciscain polonais qui s'est offert fi juillet 1941 à Auschwitz, de mourir comme otage, destiné à mourir, à la place d'un père de famille qui s’appelle Francis Galowniczek.  

On aurait aimé savoir ce que ce dernier est devenu. On apprend sur internet que jusqu'à sa mort cinquate-trois ans après l’évènement, Gajowniczech est  revenu à Auschwitz chaque année le 14 août pour remercier Maximilian Kolb.  En appelant à la logique nazie, Maximilien Kolbe a dit à peu près ceci (d’après Francis Galowniczek) : «Je suis vieux et pas bon pour un travail aussi dur, et il est un jeune homme ». Ceci est proche de qui est écrit dans l’ouvrage, l’auteure y ajoutant l’affirmation qu’aurait faite Maximilien Kolbe de son état de prêtre catholique.

 Alexia Vidot offre là un récit chronologique ; ceci nous permet d’apprendre en particulier que notre personnage a  séjourné quelques jours à Hong-Kong et Shanghai en avril 1930  avant d’arriver à Nagasaki (berceau du christianisme japonais) où il reste jusqu’en mai 1932 pour partir  en direction de l’Inde accomplir une mission temporaire. En  1935  il s’embarque de Nagasaki pour l’Europe et sa destination finale est la Pologne.  

Pour connaisseurs Aucune illustration

Ernest

Note globale :

Par - 264 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La déportation .

> Dans la catégorie Histoire des religions :