Ecrire un avis

Trésors de l’archéologie

Trésors de l’archéologie
Champs histoire/Flammarion258 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Les trésors archéologiques ne se limtent pas aux objets précieux"

L’ouvrage, sorti dans une édition plus luxueuse en 2019, est sous-titré "Petites et grandes découvertes pour éclairer le présent". Jean-Paul Demoule commence par s’interroger sur ce qu’est l’archéologie. Il conclut en avançant : « l’archéologie est aussi un enjeu social et politique, constitutive qu’elle est, à chaque moment, de l’identité que se donne une nation, avec toutes les manipulations et les réécritures de l’histoire possibles » (page 11).

Il s’agit de réunir dans cet ouvrage trente articles qui parurent dans magazine Archeologia durant quatre années, vraisemblablement entre la fin de 2016 et le début de 2019. Les six chapitres reprennent à chaque fois une question, ce sont successivement : qui, quoi, quand, où, comment.

Le premier point évoque la découverte de tombes d’enfants relevant de la période préhistorique, ce qui s’est parfois trouvé par l’apparition de jouets. Le second texte commence par poser les « trois conditions pour qu’une découverte scientifique soit largement médiatisée au-delà du cercle des spécialistes : qu’elle utilise des techniques scientifiques haut de gamme ; qu’elle soit facile à comprendre ; enfin qu’elle ait à voir avec certains de nos grands mythes culturels, bibliques ou autres » (page 21). Il est rappelé qu’à la fin des années 1980 fut largement rapporté que les humains descendent d’une Ève africaine vivant il y a 150 000 ans. Par ailleurs en 2010 on annonçait que « la plupart des humains actuels possédaient entre 2% et 4% de gènes issus des hommes de Néandertal, disparus il y a environ 30 000 ans » (page 23). Dans un autre texte, il est dit que des nouvelles espèces du genre humain sont régulièrement découvertes, l’une d’entre elle se fit aux Philippines en avril 2019.

Ceux qui s’intéressent à la médecine apprécieront qu’un chapitre se nomme "Précieuse santé" ; on nous précise en particulier que les informations tirées des os permettent de savoir si la personne souffrait par exemple de la malaria ou la lèpre. C’est dans un village de Seine-et-Marne qu’on a retrouvé la plus ancienne amputation datant du Ve millénaire avant Jésus-Christ (page 45). Les chantiers archéologiques concernant des esclaves sont nombreux, que ce soit par exemple pour le XVIIIe siècle sur l’île de Trémolin dans l’Océan Indien ou pour l’époque gallo-romaine avec des anneaux tant à la cheville, qu’au cou ou au poignet (page 49).    

Au cours de l’ouvrage de nombreuses questions sont abordées, celle sur l’arrivée des premiers hommes en Amérique par le détroit de Behring , avec l’évocation des plus anciennes traces certaines vers moins 12000 dans le site de Clovis au Nouveau-Mexique (page 143). Ainsi par des exemples pertinents globalement on approche une grande partie des informations (autour d’époques très différentes éloignées entre elles par de très nombreuses milliers d’années) qui ont enrichi notre connaissance du passé des hommes avec notamment leur représentation du monde (cas par exemple du disque céleste de Nebra découvert en 1999 en Saxe-Anhalt et datant de 1600 av. J.-C). Jean-Paul Demoule se fait également l’ardent défenseur d’une archéologie préventive, bien fragilisée durant ces dernières années.       

idé cadeau

Pour tous publics Peu d'illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 293 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :