Ecrire un avis

Au temps du certificat d'études

Au temps du certificat d'études
Marivole 128 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "À quoi ça va me servir d'aller m'faire couper les tifs? Est-ce que ma vie sera mieux une fois qu'j'aurais mon certif'?"

"Au temps du certificat d'études" paraît chez Marivole éditions, sous la direction de Gérard Bardon, toutefois il a laissé à quatre personnes le soin de réaliser un aperçu de ce qu'il faut retenir d'un aspect de la scolarisation en primaire sur un siècle (en gros 1880-1990). Ainsi Gérard Nedellec en deux pages nous raconte la naissance, la forme sous les Trente Glorieuses et la disparition du certificat d'études primaires (CEPE). Sachant qu'il est né en 1866 et mort en 1989 avec Lionel Jospin, calculez le nombre d'années où il a existé et trouvez le nom des ministres de l'instruction publique puis de l'éducation nationale qui l'ont patronné ...

À ce propos, il est faux de prétendre qu'à partir de 1959 « Les classes de fin d'études disparaissent avec la mise en place du collège unique. Le CEPE est désormais réservé aux adultes ». Et j'ai un témoin (pour rependre un gag sur les Balkany des Guignols de l'info), j'ai côtoyé en 1967-68 des élèves en Fin d'études (ceux qui auront le même niveau iront l'année suivante en transition) et j'ai passé le CEPE élève en 1970 (même que j'ai eu le carnet de la caisse d'épargne avec une petite somme, offert par la dite caisse).

Autre détail qui me chagrine, Jeanine Berducat au sujet des Écoles normales, avance que les EN supprimées par Vichy, continuent à fonctionner sur le même modèle après 1945. Il y a une nuance de taille, avant 1940 on rentre à l'École normale avec un brevet élémentaire pour sortir deux ans après avec un brevet supérieur et après 1945 on passe le concours au niveau de la classe de troisième pour préparer en internat le baccalauréat et sortir l'année suivante ou deux ans après (à partir de la rentrée 1968, on a deux années de formation professionnelle).

Enfin les connaisseurs en histoire de la BD bondiront en lisant que "Le journal de Mickey" apparaît en France en 1941 car tous savent que son apparition en 1934 oblige tous les autres journaux pour enfants à passer progressivement de l'histoire en image (avec texte en bas) à la bande dessinée (usage systématique de la bulle).

Plusieurs chapitres dans cet ouvrage : une introduction appelée "Au temps du certif... sur les traces de l'enfance", "des conditions rustiques et austères", "odeurs de classe", "dans la cour de récré", "jouer avec la nature", "journaux pour les jeunes", "le grand jour du certif". Dans ces diverses partie de quatre à une douzaine de points sont traités. On obtient donc une grande variété de sujet : première rentrée comme enseignant avec un extrait de "Léon Chatry, instituteur" (un ouvrage de Jules Leroux), absentéisme, plume sergent-major (arrivée d'Angleterre par Boulogne), des buvards de collection, les cours de géographie, la toupie fouet, "Spirou", le saute-mouton (avec la règle complète) … Et toutes les épreuves de deux certificats d'études (avec plus loin leur correction), dont l'un passé au canton d'Anet en Eure-et-Loir en 1948.

Dans l'école sous Pétain, on aurait pu évoquer plus précisément les ouvrages interdits, ainsi expliquer que le roman scolaire "À l'ombre des ailes" d'Ernest Pérochon est interdit car il propose deux illustrations de Raylambert qui ne plaisent pas. L'une montre toute une écoutant des radios étrangères et l'autre un pilote anglais sauvant un aviateur français (le père du héros).

Au-delà de ces quelques remarques d'exégète de l'histoire de l'enseignement primaire et de la presse enfantine, voilà un ouvrage bien documenté et largement illustré. "La maîtresse d'école : Trente années de la carrière d'une institutrice" de Robert Massin (la mère de l’auteur enseigne en Eure-et-Loir de la fin de la Première Guerre mondiale à la fin de la Seconde Guerre mondiale), "La cour de récré que vous ne verrez plus jamais" de Rodolphe et "L'instituteur au début du XXe siècle" d'Ernest Pérochon sont pour le lectorat le plus large les titres qui prolongent le plus parfaitement la lecture de l'ouvrage "Au temps du certificat d'études". Un professeur d'histoire du secondaire ou quelqu'un ayant de bonnes connaissances sur l'histoire de la IIIe République gagnera à la découverte de l'ouvrage "La République du certificat d'études. Histoire et anthropologie d'un examen (XIXe-XXe siècles" de Patrick Cabanel.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations Plan thématique

Adam Craponne

Note globale :

Par - 605 avis déposés - lecteur régulier

605 critiques
23/12/16
Une journée de réflexion autour de Célestin Freinet et Janusz Korczak le 29 avril 2017. Théâtre du Chien qui Fume 75, rue des Teinturiers – 84000 Avignon
Entrée libre – Réservation recommandée : 04 90 85 25 87

http://www.up-theatre.org/events/celestin-freinet-janusz-korczak/
451 critiques
09/03/19
Mort de Jacques Bodoin, doyen des chansonniers français et parmi ses sketches, il y avait, autour de l'univers scolaire, La table de multiplication ainsi que La leçon d’anglais.
https://www.ouest-france.fr/culture/arts/theatre/mort-de-jacques-bodoin-doyen-des-chansonniers-francais-6255221
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur L'éducation .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :