Ecrire un avis

Un siècle de génocides: des Hereros au Darfour (1904-2004)

Un siècle de génocides: des Hereros au Darfour (1904-2004)
Armand Colin348 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Au vu des effets pervers actuels de la globalisation et de la démocratisation sur les minorités de la planète, la tentation génocidaire risque d’avoir devant elle un beau XXIe siècle."

Notre titre reprend la dernière phrase de l'ouvrage.

Dans l’introduction, il est rappelé que les pratiques d’extermination d’un peuple sont déjà présentes dans l’Antiquité et sans citer ses sources, il commence par évoquer le massacre des Amalécites et des Madianites par les Hébreux. Nous avons donc poussé la curiosité jusqu’à retrouver au moins ces exemples dans la Bible :

«  Voici ce que déclare le Seigneur, le Dieu de l’univers : Je me souviens de ce que les Amalécites ont fait au peuple d’Israël, lorsqu’il est sorti d’Égypte : ils lui ont barré le passage. Eh bien, va les attaquer maintenant, détruis complètement tout ce qui leur appartient, sans pitié. Mets à mort tous les êtres vivants, hommes et femmes, enfants et bébés, boeufs et moutons, chameaux et ânes. Saül mobilisa l’armée et la passa en revue à Télem. (…)Alors Saül battit les Amalécites de Havila jusqu’à Chour, à l’est de l’Égypte. Il massacra toute la population, sauf Agag, leur roi, qu’il fit prisonnier. » ( Samuel 15:2-9)

« Moïse, Eléazar, le prêtre, et tous les princes de l'assemblée sortirent au-devant d'eux, hors du camp. Et Moïse s'irrita contre les commandants de l'armée, les chefs de milliers et les chefs de centaines, qui revenaient du combat. Il leur dit: «Avez-vous donc laissé la vie à toutes les femmes ? Voici, ce sont elles qui, sur la parole de Balaam, ont entraîné les enfants d'Israël à l'infidélité envers Yahweh, dans l'affaire de Phogor; et alors la plaie fut dans l'assemblée de Yahweh. Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu la couche d'un homme; mais toutes les filles qui n'ont pas connu la couche d'un homme, laissez- les vivre pour vous. » (Livre des Nombres, 31 : 13-17)

L’auteur poursuit avec 150 000 Carthaginois tués et en changeant d’époque et de continent parle de la persécution des chrétiens japonais qui aurait fait 285 000 mors entre 1587 et 1610, de nombre de massacre de peuples colonisés en Amérique, Afrique et Asie.

L’accusation de génocide n’apparaît pas lors du Procès de Nuremberg mais seulement lors de la première session de l’assemblée générale de l’ONU le 11 décembre 1946. Nombre de crimes dans les périodes reculées ou plus récentes (les Indonésiens de gauche massacrés en 1965) pourraient être qualifiés de génocide. Notre auteur écrit que l’on peut se référer à Israel Charny si l’on veut réfléchir sur le qualificatif de génocide à attribuer à une hécatombe. Ce dernier appelle à trouver la définition du groupe cible, le degré d’intentionnalité, le profil des exécuteurs et les formes de la mise en œuvre (page 26).   

Au sujet du massacre des Hereos (un peuple de la Namibie actuelle), on apprend qu’en 2015 l’Allemagne a reconnu avoir perpétré là au début du XXe siècle un crime de guerre et un génocide dans le premier chapitre intitulé "Aux racines du comportement génocidaire contemporain".  Le darwinisme social, en vogue au XIXe siècle, justifie les massacres de "populations inférieures".

Suivent des chapitres centrés sur une extermination particulière : Arménie 1915 (le non-musulman est rejeté), Russie (années 1930 et 1940 où la notion d’ennemi de classe joue à côté de celle de groupe national potentiellement traître), la Shoah, le Cambodge.

Le sixième chapitre évoque les cas de la Bosnie et du Rwanda et la naissance d’une juridiction internationale permanente. La conclusion interroge sur les raisons pour lesquelles le XXe siècle a été un siècle de génocides. Amy Chua, professeur à Yale, relève que les minorités trop visibles payent souvent le prix de la construction ou reconstruction d’un état.   Le ciblage stigmatisant d'un groupe se fait selon des critères arbitraires mais ceux qui incitent à un génocide précis présentent ce massacre comme une solution à un problème de fond de la société dans laquelle ils vivent. Parce qu’il est le siècle des totalitarismes et celui où les moyens techniques ont enflé, le XXe siècle est celui des génocides.

Pour connaisseurs Aucune illustration

Alexandre

Note globale :

Par - 330 avis déposés - lecteur régulier

330 critiques
30/09/16
LE PREMIER GÉNOCIDE DU XXe SIÈCLE: Herero et Nama dans le Sud Ouest africain allemand, 1904-1908.

Exposition-dossier au Mémorial de la Shoah du 25 novembre 2016 au 12 mars 2017
292 critiques
18/11/16



Namibie : le génocide du IIe Reich d’Anne Poiret (France, documentaire, 52 mn, Bo Travail !, 2012)
Mémorial de la Shoah, jeudi 24 novembre 2016 à 20 h
Ce documentaire soulève la question du lien entre la politique raciale de l’Allemagne coloniale des années 1900 et celle de l’Allemagne nazie. En présence de la réalisatrice.

Entrée libre sur réservation au 01 53 01 17 42
616 critiques
25/11/16
La Birmanie procède à «un nettoyage ethnique» de la minorité rohingya

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20161125-birmanie-nettoyage-ethnique-minorite-rohingya-unhcr-bangladesh
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur L'Arménie .

> Voir notre sélection de livres sur La déportation .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :