Ecrire un avis

La Grande Guerre de Charlie, 9 La mort venue du ciel

La Grande Guerre de Charlie, 9 La mort venue du ciel
Delirium120 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Des combats aux îles Falkland en décembre 1914, dix ans avant la naissance de Margaret Thatcher"

Voici l’avant-dernier volume de "La Grande Guerre de Charlie ; 9 La mort venue du ciel". Si l’ouvrage compte 120 pages, il est en fait composé de 109 pages de BD et de onze pages de commentaires historiques par rapport au récit.

Il s’agit du grand classique en langue anglaise sur la Première Guerre mondiale. Même s’il faut d’abord comprendre que le parti pris de faire de l’ennemi du combattant anglais, non le boche (forçat sur la même galère que le Tommy ou le poilu) mais l’officier et le sous-officier permet de développer un scénario, ce côté quasi systématique devient à la longue très lourd car en plus ces derniers sont dépeints non comme des hommes plein d’esprit patriotique et du sens de responsabilité vis-à-vis de leurs subordonnés mais souvent soit comme des fous dangereux soit comme des êtres sans morale (on peut aussi cumuler).

Ici il faut dire que le scénariste en a remis une sacré couche puisque l’on retrouve la capitaine Snell (déjà bien atteint psychologiquement dans certains volumes précédents) parmi les obusés, c’est-à-dire ceux qui ont des troubles psychiatriques du fait de leur présence au front dans des conditions particulières. Sans atteindre évidemment le niveau exhaustif d’un ouvrage comme "La folie au front. La grande bataille des névroses de guerre (1914-1918)" de Laurent Tatu et Julien Bogousslavsky (présenté sur ce site), les pages documentaires donnent une approche de la façon dont le regard se fit et évolua outre-Manche sur ces soldats atteints de troubles nerveux. Ceci est l’occasion d’évoquer deux poètes l’un Wilfred Owen dont les textes "Hymne à une jeunesse condamnée" et "Dulce et Decorum Est" sont considérés,  juste après "In Flanders fields" du médecin et lieutenant-colonel John McCrae, comme des phares de la poésie de guerre en langue anglaise pour ce qui concerne le conflit de 1914-1918. L’autre auteur Wilfred Owen.

Ce neuvième tome de "La Grande Guerre de Charlie" est aussi prétexte à donner des flashs sur la tragique expédition des Dardanelles, puisque la femme qu’épouse Charlie a antérieurement perdu son premier fiancé dans ces combats autour de Gallipoli. On retrouve aussi l’usage tout britannique de décerner une plume blanche à ceux que l’on considère comme des lâches (un roman de Kipling, y fait d’ailleurs aussi allusion à propos d’une action militaire dans les Indes).  Ce titre "La mort venue du ciel" est en fait sûrement destiné à tromper l’ennemi car jamais dans aucun tome de cette série, on n’avait traité aussi largement des opérations en mer avec en particulier un feed-back sur les îles Malouines ou Falkland en décembre 1914.

Avec  "La Grande Guerre de Charlie, 9 La mort venue du ciel" de Patt Mills et Joe Colquhoun, on a donc la chance d’avoir présent comme toujours un aspect principal et des aspects secondaires d’une des réalités du conflit. C’est pourquoi cette série permet une approche fine de la façon dont les Tommies ont vécu le conflit et donne quelques éclaircissements sur la vie et la psychologie des civils anglais.     

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 429 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La Grande Guerre hors de France .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :