Ecrire un avis

Merci les pauvres!

Merci les pauvres!
L’Harmattan193 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Sois riche et tais-toi pour écouter le discours sur les pauvres"

Alors que Marlène Schiappa s’est faite recadrer par son père, vieux militant trotskyste et libre-penseur, parce qu’elle demandait, en citant adroitement à ses yeux Karl Marx, en gros aux pauvres de se débrouiller tout seuls pour ne plus l’être, cet ouvrage Merci les pauvres vient à point.

Jean Latreille avance que si la pauvreté est détestable, les pauvres ne le sont pas. Il rappelle que les pauvres sont loin d’être en majorité des oisifs. On retiendra :

« En fait, personne ne peut prouver que le travail harassant, acharné, abrutissant ou répétitif d’un travailleur pauvre n’est pas aussi productif que celui d’un chef de service ou d’un PDG, ni même ne l’est aussi peu » (page 55).    

« Seule une minorité de pauvres vit véritablement de la charité privée. La vérité est toute simple : les pauvres travaillent, directement ou indirectement, pour les riches. Et ils font pour eux les tâches que ces derniers ne veulent pas s’abaisser à faire » (page 61)

L’ouvrage montre l’utilité sociale d’une population de démunis, ceci en sept chapitres intitulés : À quoi servent les pauvres, Les pauvres sont de bons travailleurs, Les pauvres sont de bons consommateurs, Les pauvres sont de bons écologistes, Les pauvres sont de bons citoyens, Les pauvres ont de vraies limites, Les pauvres sont des inadaptés ordinaires.

On est content de lire cette réhabilitation face au dénigrement qui frappe cet ensemble de population. Maintenant, il y aurait à nuancer dans cet ardent plaidoyer, comme au sujet de la consommation où les moins fortunés achètent (ou gardent) quand même du matériel qui pollue considérablement et des aliments qui les rendront plus facilement sujets à des maladies vu ce qu’ils contiennent (d'où un coût pour la collectivité). Certes les riches consomment plus (page 97) mais on peut nuancer leurs nuisances face à l’avenir de la planète par le fait qu’ils consomment plus propre.

On lira attentivement les pages 130 autour du populisme et celles autour de 155 sur le mérite ainsi que celles qui remettent en lumière le rôle positif de l’État.    

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 616 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :