Ecrire un avis

Qui ose vaincra: De Gaugamèles à Ouadi Doum, quand l’audace change le cours des batailles

Qui ose vaincra: De Gaugamèles à Ouadi Doum, quand l’audace change le cours des batailles
Pierre de Taillac351 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Audace, ô désespoir, ô détresse ennemie !"

Ces deux auteurs avaient déjà livré en 2017 Les 7 péchés capitaux du chef militaire ; alors que dans ce premier titre ils évoquaient les plus grands désastres tactiques dans Qui ose vaincra il est question plus beaux succès tactiques. La bataille de Gaugamèles s'est déroulée le 1 octobre 331 av. J.-C. Elle est l'affrontement décisif entre l'armée d'Alexandre le Grand et celle de Darius III. Le raid aérien français sur Ouadi Doum est une étape du conflit tchado-libyen. Cette opération  fut effectuée le 16 février 1986, par des avions venus de la base de Bangui, contre la base aérienne libyenne de Ouadi Doum dans le nord du Tchad.  Elle précède d’un an la prise de cette cité tchadienne par les forces loyalistes ; la guerre se termina peu après par l’expulsion des troupes de Kadhafi par les armées du président Hissène Habré. Le sous-titre choisi est là pour montrer l’ampleur du temps parcouru ; toutefois le plan n’est pas chronologique mais thématique.

Pour chaque chapitre deux à quatre évènements militaires sont évoqués. Se succèdent les thèmes suivants : Manœuvrer sur les arrières, Prendre l’adversaire à contre-pied, Mystifier son ennemi, Frapper à la tête, Surgir de nulle part, Recourir à un procédé innovant, Surmonter l’imprévue, Savoir jusqu’où ne pas aller (où sont évoquées des défaites dues à des entreprises hasardeuses).

Les deux guerres mondiales sont largement évoquées :pour la première avec la prise de Riga par les Allemands, la campagne allemande dans le Tanganyika, la défaite des Anglais face aux Turcs à Kut-el-Amara au sud de Bagdad en avril 1916  et pour la seconde à travers la campagne de Birmanie des Chindits (une force militaire de l'Armée du Royaume-Uni, active parfois derrière le front, durant la Seconde Guerre mondiale sous les appellations officielles de 77th Indian Infantry Brigade), la bataille de Monte Cassino, la libération de Mussolini en septembre 1943 par les parachutistes du IIIe Reich, la prise du fort belge d’Ében-Émaael en mai 1940 (évènement aussi traité dans Les 200 meilleurs ruses et tactiques de guerre de l’Antiquité à nos jours), l’Opération Chariot en 1942 à Saint-Nazaire, l’Opération Merkur en mai 1941 pour la Crète, le raid italien sur Alexandrie toujours en 1941.

Sont présents, outre les deux batailles reprises dans le titre, un combat entre daiymos en 1560,  la victoire de José de San Martin en 1817 à Chacabuco, la Guerre de Sécession, une victoire du Thébain Épaminondas sur les Spartiates une trentaine d’années après la fin de la Guerre du Péloponèse, La longue marche des communistes chinois (qui tient un peu de la glorieuse retraite), l’action des Isaraéliens à Entebbe en Ouganda en 1976, le désastre espagnol d’Anoual dans le Rif, un échec portugais dans sa colonie guinéenne en 1970,  le fiasco en 1980 de délivrer les otages américains emprisonnés dans l’ambassade des USA de Téhéran.

L’ouvrage propose non seulement des cartes de géographie historique et de illustrations à l’intérieur des articles de l’ouvrage mais également à la fin du livre sont présentés les portraits de quatre des protagonistes. Une biographie des généraux s’affrontant dans chaque camp est offerte de plus, ponctuellement on peut avoir aussi deux chefs alliés.

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 450 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :