Ecrire un avis

Iran, une histoire de 4 000 ans

Iran, une histoire de 4 000 ans
Perrin 460 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Heureux Iran si près de Dieu et si loin des États-Unis?"

Notre titre s’inspire de la formule de Porfirio Díaz qui aurait dit « Pauvre Mexique, si loin de Dieu et si près des Etats-Unis ». Pour quatre mille ans d’histoire, trois cartes de géographie historique, c’est léger. En effet, outre une carte de l’Iran d’aujourd’hui, nous sont proposés de découvrir l’espace impérial de Cyrus et de Darius réunis ainsi que l’Iran sous les Safavides (1501-1736). Si bien que Ctésiphon, ville largement citée dans cet ouvrage, car résidence d’hiver des rois parthes et capitale des Sassanides (dynastie perse ayant régné de 224 à 651) n’apparaît sur aucune des cartes proposées. Précisons que l’empereur Julien l'Apostat a trouvé, durant l’année 363, la mort de la lance d’un de ses légionnaires en revenant du siège de cette ville aujourd’hui située à trente km au sud-est de Bagdad.  

Les auteurs reviennent dans un chapitre sur ce que le dernier shah appelait "La première charte des droits de l’homme", quand on sait avec quel mépris de la véritable charte des droits de l’homme ce dernier souverain gouvernait cela pourrait faire sourire. En tout cas il est bon d’en découvrir page 56 son contenu dû à l’initiative de Cyrius.

Certes  l’empire byzantin et la Perse s’épuisèrent mutuellement, ce qui facilita les victoires des Arabes sur chacun d’entre eux, toutefois ponctuellement des mariages eurent lieu entre les deux dynasties ainsi Khosrô II Parviz épousa, à la fin du VIe siècle, la fille de Maurice un empereur romain d’Orient.   

La bataille d'al-Qadisiyya ou Cadési (une ville située sur la rive droite un peu au delà du début du dernier  cours de l’Euphrate) fut remportée par les Arabes en 636 ; elle fit basculer la Perse dans l’univers arabo-musulman.  Les auteurs reviennent sur la vie et les actions de Hasan-i Sabbâh chef de la secte des assassins, surnommé le Vieux de la Montagne, non seulement il n’aquit à Qom mais il s’était réfugié de 1090 à 1124 (date de sa mort) dans la forteresse d’Alamut située sur les bords méridionaux de la Mer Caspienne. Il reçut en 1103 deux chevaliers croisés Baudoin le Franc et Lothaire le Germain escortés de dix des leurs. Durant la quarantaine d’années qui suivit, les disciples du Vieux de la Montagne n’assassinèrent que des sunnites, toutefois ils revinrent sur cette alliance tactique et Raymond II comte de Tripoli mourut sous les coups d’un poignard tenu par un membre de cette secte chiite ismaélienne. La forteresse d'Alamut fut détruite en 1256 par l’action des Mongols et cette branche de l'ismaélisme entra dans la clandestinité en s’agrégeant au soufisme.

L’Iran ne bascula majoritairement vers les le chiisme duodécimain qu’au tout début du XVIe siècle, sous la dynastie safavide. Napoléon Bonaparte fut le Nader Chah occidental puisque le Corse et le Perse eurent des destins un peu semblables et que Nader Chah régna de 1736 à 1747. Il fit piller Delhi et ordonna le massacre de trente mille de ses habitants, s’empara du trône du Paon du Grand Moghol, un chef d'œuvre en or massif, serti de 26 733 pierres précieuses.  Le terme "trône du Paon" servit à partir de cette date pour désigner la monarchie iranienne. Ce siège impérial fut toutefois détruit lors des soubresauts politiques qui suivirent l’assassinat, par son propre neveu, de Nader Chah.

On aura quelques développements intéressants autour du double protectorat anglo-russe de facto et non de jure que connaît l’Iran pendant plusieurs décennies  sous la dynastie Kadjar (ou qajar). Au cours de ce XIXe siècle tant dans le Caucase qu’à l’ouest des terres chiites ou persanophones sont définitivement distraites de l’Iran. L’histoire de l’Iran depuis les années 1950 est généralement assez connue et voici quarante ans que le pays est devenu une république islamique. Les auteurs disent que la situation économique du pays est déplorable, que le sentiment religieux est en net déclin et espèrent en un Iran laïc retrouvant ses traditions préislamiques. Des évènements récents rappellent que ce pays s’est parfois joué des USA et ceci pourrait donner un coup de fouet à la popularité du régime des mollahs, selon nous.       

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 320 avis déposés - lecteur régulier

529 critiques
21/12/19
Iran : d’une insurrection l’autre
https://lvsl.fr/iran-dune-insurrection-lautre/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur L'Iran .

> Dans la catégorie Civilisations islamiques :