Encyclopédie de la guerre au cinéma et à la télévision, de Jean-Pierre Andrevon : avis et résumé critique de Alexandre


Ecrire un avis

Encyclopédie de la guerre au cinéma et à la télévision

Encyclopédie de la guerre au cinéma et à la télévision
Vendémiaire592 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "La guerre c’est aussi du cinéma"

On sait que la série télévisuelle Un village français remporta un beau succès au début du XXIe siècle, l’action était sous la Seconde Guerre mondiale.  Ici Jean-Pierre Andrevon a tâché d’évoquer toutes les guerres qui ont une place dans la grande histoire de l’Europe depuis celles menées par les Grecs et les Romains jusqu’à celles consécutives à l’éclatement de la Yougoslavie.

Ceci nous amène à sortir de l’Europe pour les conflits coloniaux anglais et français au XIXe et XXe siècle, avec par exemple la question de l’Empire anglais des Indes, les Guerres en Chine sous la dynastie mandchoue, l’expédition française au Mexique en 1861, l’Algérie, l’Indochine…

Par ailleurs il est aussi question des débuts de l’histoire des USA dans sa lutte pour l’indépendance, ses conflits avec le Mexique, son combat contre les Amérindiens et la Guerre de Sécession. On trouve également un développement autour du Génocide arménien, du conflit sino-japonais qui dure de 1937 à 1945, de la Guerre d’indépendance à Cuba, de l'épopée de Che Gevara, des guerres civiles au Liban (avec toujours plus ou moins des interventions étrangères), de l’Afghanistan du dernier quart du XXe siècle…  

On relèvera quatre pages sur le film Les bourreaux meurent aussi, réalisé en 1943 par Fritz Lang, et racontant l'attentat contre Reinhard Heydrich, le 27 mai 1942 à Prague, par des résitants tchèques ; la mort ne survenant que le 4 juin. Si l’auteur se focalise sur globalement près de cinq cent film, il propose en fin d’ouvrage une liste où apparaissent en plus de ces derniers, environ deux mille cinq cent autres.

L’étude n’hésite pas à citer des dialogues, comme la phrase finale d’un film thaïlandais évoquant l’invasion birmane de 1765 où une héroïne déclare : « S’il existe une vie après la mort, je voudrais être ta femme dans l’au-delà » (page 120). On a également une réplique du film allemand Le Pont, où de jeunes Allemands en mai 1945 défendent leur ville ; un tankiste déclare à leur intention : « Rendez-vous ! Nous ne tirons pas sur des gamins ! ». Enfin dans le film Nos patriotes, un ancien tirailleur sénégalais, échappé d'un massacre organisé en mai 1940 par les Allemands, s'entend dire maintes fois par des résistants : « Tu n'es pas d'ici, tu es noir ».

Voilà un ouvrage qui sera aussi bien utilisé par des étudiants et chercheurs en sciences sociales que par des cinéphiles. Il sera pour longtemps un ouvrage de référence. On apprécie les seize pages d’illustration avec de la couleur quand le film est en couleurs ; on y voit en particulier une photographie du film Le colonel Chabert et une du Pont.

idé cadeau

Pour tous publics Quelques illustrations

Alexandre

Note globale :

Par - 282 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :