Ecrire un avis

Dictionnaire du cinéma italien: De la marche sur Rome à la République de Salò 1922-1945

Dictionnaire du cinéma italien: De la marche sur Rome à la République de Salò 1922-1945
Vendémiaire660 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Plutôt l’huile de ricin que de se rendre à l’invitation d’aller voir Il grido dell’aquila"

C’est contre la constipation que  l’huile de ricin était le plus souvent utilisée au début du XXe siècle et les petits groupes fascistes du début des années 1920, qui avaient le goût de la plaisanterie de mauvais goût, s’amusaient à se rendre chez les militants de gauche pour leur faire ingurgiter ce produit.

Le premier film italien célébrant le fascisme fut produit en 1923, il s’agissait de Il grido dell’aquila (Le cri de l’aigle) et il fut projeté pour le premier anniversaire de La Marche sur Rome. De propagande grossière, il voulait laisser croire en une filiation entre les garibaldiens, les héros de la Grande Guerre et les chemises noires.  Le récit se passait dans un village de Vénétie et se terminait par un gros plan sur le visage de Mussolini.

Avec l’entrée "genre", on a accès au classement suivant (qui renvoie à des textes conséquents dans l’ensemble du livre) : film musical et d’opéra, Hercules et athlètes, Montagne, Péplum, Policier, Propagande, Risorgimento, Sceneggiata (c’est une forme de drame théâtral musical typique de la ville de Naples), Science-fiction, Seconde Guerre mondiale.

Des pages sont consacrées à la fois de manière générale aux réalisateurs et à des réalisateurs en particulier, comme Emilio Ghione qui démarra sa carrière cinématographique comme dans Les derniers jours de Pompéi.  Corrado d’Errico était journaliste au quotidien fasciste L’Impero, il réalise tant des films d’actualités et des logs métrages de fiction. On lui doit une œuvre de propagande sur la conquête de l’Éthiopie intitulé Le chemin des héros.

On apprend que sous la République Salò, il y eut une production cinématographique qui eut pour centre Venise ; il n’exista par d’épuration dans les milieux du cinéma à deux exceptions près, à savoir le couple formé par l’acteur Osvaldo Valenti et sa compagne Luisa Ferida. Tous deux furent exécutés sur ordre de Sandro Pertini qui devint président de la République italienne une quarantaine d’années plus tard. En 2008 cette exécution fut racontée dans le film Une histoire italienne du réalisateur Marco Tullio Giordana.

On voit, à travers ces quelques exemples, la richesse de cet ouvrage sur une époque où par ailleurs font leurs premières armes Visconti, Vittorio de Disa ainsi que Roberto Rosselini et où apparaissent les premières superproductions comme Scipion l’Africain ou Couronne de fer. On apprécie les douze pages d’illustrations et l’index des noms propres.        

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 273 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :