Ecrire un avis

La fabrique des contes: catalogue d’exposition

La fabrique des contes: catalogue d’exposition
La Joie de lire et Musée d’ethnographie de Genève192 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "On trouve tout dans les contes comme à la défunte Samaritaine"

Il s’agit là du catalogue de l’exposition "La fabrique des contes" qui se tient au Musée d’ethnographie de Genève du 17 mai 2019 au 5 janvier 2020 ; l’ouvrage est coédité par le MEG et la Joie de lire. Fabrice Melquiot, né à Modane en Savoie en 1972, est auteur de pièces de théâtre, de chansons, de performances, de littérature de jeunesse mais aussi acteur et metteur en scène. Fabrice Melquiot est depuis  2012, directeur du Théâtre Am Stram Gram de Genève, une scène dont les productions sont à destinations des enfants et des adolescents. Il a reçu le Grand Prix de Littérature dramatique Jeunesse le 15 octobre 2018 pour Les Séparables. L'ouvrage a été réalisé sous la direction de Federica Tamarozzi, avec des contes de Fabrice Melquiot illustrés par Carll Cneut, Camille Garoche, Kalonji et Lorenz Mattotti et les photographies sont de Johnhathan Watts.

Fabrice Melquiot a donc réécrit huit contes, plus ou moins connus des enfants d’aujourd’hui et qui risquent de ne pas parler moins aux adultes qui visiteront l’exposition. Ce sont dans l’ordre : Le fuseau, la navette et l’aiguille, Le pêcheur, sa femme et le poisson d’or, La vigne et le vin, Le pantalon du Diable, La lune et la louve, L’ours amoureux, Le pain de Marie, La Mort marraine.

Le pêcheur, sa femme et le poisson d’or est d’origine russe, on l’a découvert sous le nom du "Conte du pêcheur et du petit poisson" ; dû à Alexandre Sergueïevitch Pouchkine, c’est le plus populaire des huit, il a été d’ailleurs adapté en dessins animés. Il y est question d’exigences de plus en plus extraordinaires de l’épouse d’un pêcheur qui peut demander ce qu’il veut à un poisson d’or. La dernière demande fait basculer la situation et le couple se retrouve à la situation initiale, celle d’une grande pauvreté. Nul doute que les Genevois, issus de vieilles familles (forcément protestantes), goûteront beaucoup la page 47 où souverains et gens d’Église se prosternent devant la femme du pêcheur devenue papesse. Le style graphique pour les illustrations de ce conte m'a rappelé celui du dessinateur alsacien Hansi.

Le conte "Le fuseau, la navette et l’aiguille" nous est parvenu grâce aux frères Grimm ;  une tisseuse se trouve un prince comme mari grâce à ses instruments de travail. Bacchus apparaît dans "La vigne et le vin", une histoire qui remonte effectivement à l'Antiquité ; la conclusion est que selon la quantité de vin que l’on boit on est comparable, de la plus petite quantité à la plus grande, à un oiseau, un lion, un tigre, un âne, un porc. Le texte de "La Mort marraine" nous est dû aux mêmes auteurs ; il y est question de la protection à apporter à l’enfant nouveau-né.   

Avec "Le pantalon du Diable", on rencontre un jeune homme après lequel toutes les femmes courent après, à la suite de quoi il dit qu’il donnerait son âme au diable pour être laid, le Malin apparaît alors et lui donne certains conseils et un pantalon à ne pas quitter pendant sept ans. Finira-t-il quand même par épouser une dame ? En tout cas la générosité du héros  ne manquera pas de le distinguer dans un univers de cupidité.  

On apprend qu’un ours épris d’une jeune fille peut lui faire un enfant en lui léchant les orteils avec "L’ours amoureux" ; on sait par Michel Pastoureau qu’au Moyen Âge en Europe, l’ours était considéré comme le roi des animaux et que l’Église fit beaucoup pour le faire descendre de son trône. Le rapt d’une jeune fille par un ours appartient particulièrement aux récits venus de l’univers pyrénéen, mais celui-ci a été recueilli dans les Alpes. Le récit "La lune et la louve" est un conte explicatif comme "Le pain de Marie".

Il n’est pas inintéressant de savoir quelle est la classification ATU (comprendre Aarne-Thompson-Uther) du conte remodelé par Fabrice Melquiot, mais ajouter, comme nous l’avons fait timidement, quel écrivain avait fait connaître ce récit ou de quel pays il provenait n’aurait pas été un luxe. Cette information apparaît dans les textes de l'exposition, il est vrai. Si Johnhathan Watts a réalisé les pimpants photomontages, les nombreux fringants dessins ou dioramas sont dus à divers artistes. Les illustrations reproduisent aussi des objets des collections du Musée d’ethnographie de Genève.     

La seconde partie de l’ouvrage traite de divers sujets autour du conte comme Barbe-Bleue dans l’imagerie d’Épinal (par Vincent Fontana), Les frères Grimm et la fabrication des contes, Contes, légendes et nations, Les contes de Grimm dans le cinéma de propagande nazie, Pinocchio politique. On a ainsi dix-neuf articles de deux pages largement illustrés. On apprend que Staline apparaît en tant que Mangefeu le montreur de marionnettes qui rencontre Pinocchio, que dans un ouvrage si la France est symbolisée par le personnage historique de Jeanne d’Arc, par contre d'autres pays sont illustrés avec des personnages légendaires comme saint Georges luttant contre le dragon afin de représenter l’Angleterre et le joueur de flûte de Hamelin portant l’image de l’Allemagne. Hans Traxler réussit à convaincre, dans son pays durant une année? que le conte "Hansel et Gretel" était fondé sur des faits historiques s’étant déroulé en Silésie jusqu’à ce qu’il révèle en 1964 qu’il s’agissait d’une supercherie (une remarque personnelle serait que le choix de la Silésie, devenue polonaise en 1945, est pour partie dans la foi sans limite accordée alors à cette prétendue étude).

Bien sûr ce luxueux et riche catalogue d’exposition ne peut porter que très marginalement l’atmosphère de cette exposition qui sensibilise largement le visiteur par ses élégants décors. Notre titre s’explique en raison du message publicitaire du magasin parisien La Samaritaine aujourd’hui disparu, à savoir « On trouve tout à la Samaritaine ».   

Nous terminerons en donnant le plan de l'ouvrage:

Sommaire

PRÉFACE par Boris Wastiau
INTRODUCTION par Federica Tamarozzi

Huit contes illustrés réécrits par Fabrice Melquiot
Le fuseau, la navette et l’aiguille
Le pêcheur, sa femme et le poisson d’or
La vigne et le vin
Le pantalon du Diable
La lune et la louve
L’ours amoureux
Le pain de Marie
La Mort marraine

Étude et interprétation des contes
L’ethnologue, au fil des contes, par Anne Monjaret
L’objet conte : collecte et classement. L’exemple français, par Josiane Bru
Les frères Grimm et la fabrication des contes, par René Wetzel
À qui appartient vraiment le conte?, par Francesca Serra
La Bodmeriana, bibliothèque de contes de fées?, par Nicolas Ducimetière
Richesse et morale des contes, par Federica Tamarozzi
Le conte étiologique, par Galina Kabakova
Il y a temps et temps, par Federica Tamarozzi
La Bible populaire, par Galina Kabakova
Arcanes du vin, alambic du temps, par Chantal Courtois
La Barbe-Bleue et l’imagerie d’Épinal, par Vincent Fontana
Contes, légendes et nations, par Vincent Fontana
Contes de fées et psychanalyse, par Federica Tamarozzi
Le retour de la sorcière, par Federica Tamarozzi
Sauvage comme le loup, par Claire Galloni d’Istria
Les contes de Grimm dans le cinéma de propagande nazie, par Vincent Fontana
Pinocchio politique, par Stefano Pivato
Le conte et l’art du conteur, par Madeleine Leclair
Cantastorie, par Mauro Geraci

BIBLIOGRAPHIE
REMERCIEMENTS
BIOGRAPHIE DES ILLUSTRATEURS
GLOSSAIRE

coup de coeur !

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Zaynab

Note globale :

Par - 526 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :