Ecrire un avis

Mélusine, la féminité inquiétante

Mélusine, la féminité inquiétante
Société des écrivains 162 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Au Moyen Âge Mélusine c’est leur cousine"

Voilà un ouvrage qui est à mi-chemin entre le documentaire et le roman. En effet c’est la découverte des diverses formes qu’a pris la légende d’une femme sorcière ou fée avec un corps où apparaissent certains jours des parties animales. Si Jean d’Arras en 1393 fixe la légende de Mélusine dans son roman "La Noble Histoire de Lusignan", mais on trouve trace de personnages féminins ayant des caractéristiques communes avec Mélusine. Claude Yvon rappelle que, dans le Bas Moyen Âge, nombre de familles se disent descendre de Mélusine ; selon la légende le premier comte de Luxembourg Sigefroid se serait uni au Xe siècle à une femme-poisson Mélusine.

Toutefois ici Claude Yvon nous fait voyager dans les lieux de l’univers poitevin liés directement à la famille des Lusignan (qui revendique Mélusine comme ancêtre) ou au folklore local. Les nombreux châteaux de la province sont d’ailleurs attribués à divers coups de baguettes magiques de cette fée. L’aspect roman est dans le choix d’une sorte de mise en abîme, Claude Yvon  choisit de raconter ce périple à travers une histoire d’amour entre un agent immobilier à la retraite J.-B. Cossé-Guichard et une enseignante à l’université de Poitiers Éléonore Font de Mirebeau. Cette dernière se fait d’ailleurs traiter de "Mélusine" par son amant lors de la rupture. Les Poitevins relèveront que Mirebeau est une cité liée à la vie d’Aliénor d’Aquitaine, un personnage historique (nommée par lui "Éléonore de Guienne", il faut comprendre "Éléonore de Guyenne")  dans lequel selon Michelet on se serait inspiré pour construire certains épisodes de la légende de Mélusine.    

 «La jalouse Éléonore, passionnée et vindicative comme une femme du Midi, cultiva l’indocilité et l’impatience de ses fils, les dressa au parricide. […] Éléonore elle-même eut pour amant le père même d’Henri II, et les fils qu’elle avait d’Henri risquaient fort d’être les frères de leur père. […] La véritable Mélusine, mêlée de natures contradictoires, mère et fille d’une génération diabolique, c’est Éléonore de Guienne. Son mari la punit des rébellions de ses fils en la tenant prisonnière dans un château fort, elle qui lui avait donné tant d’État.» (Histoire de France, Moyen Âge (1833), Œuvres complètes, Paris, Flammarion, 1893, tome 2, p.292-294).

Si la figure légendaire de Mélusine est très présente dans de nombreux lieux du Poitou, Sainte Radegonde (belle-fille de Clovis) personnage historique lui fait une sérieuse concurrence en nombre de lieux liés à une figure fabuleuse.

Pour tous publics Aucune illustration

Benjamin

Note globale :

Par - 336 avis déposés - lecteur régulier

540 critiques
24/07/15
"Une ville enchantée et diplômée", article expliquant les liens entre Mélusine et Parthenay en Deux-Sèvres

http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Communes/Parthenay/n/Contenus/Articles/2015/07/23/Une-ville-enchantee-et-diplomee-2411710
372 critiques
01/08/15
Ici c'est un comte du Forez qui aurait épousé Mélusine

http://www.ledauphine.com/actualite/2015/07/31/dans-la-salle-d-eau-de-melusine
336 critiques
14/10/15
Dans le cadre du 1050e anniversaire de la Ville de Luxembourg, est inaugurée le mercredi 14 octobre 2015

http://www.wort.lu/fr/luxembourg/a-l-abri-de-tous-les-regards-rencontre-insolite-dans-le-grund-561d1fe10da165c55dc4b293
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La fée Mélusine .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :