Ecrire un avis

Un village français, 1945

Un village français, 1945
Le Tigre bleu 319 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Oublions le passé, comme disait Khrouchtchev à Tito !"

En fait on a là les six épisodes diffusés en 2016, plus les six autres qui passent en novembre et décembre 2017. Ces derniers ont respectivement pour titre : Prisonniers de guerre, Sur la grève, Un petit coup de rouge, 28-10-01, Vernissage, Quand les hommes vivront d’amour. On est pour les tout derniers épisodes dans le domaine de la mémoire et l’ouvrage aurait bien fait de garder le titre complet que le scénariste a donné à cette septième série à savoir 1945, L’épilogue.

On apprécie que sur trois pages, on nous resitue les évènements marquants des douze principaux personnages pour l’année 1944 (précisément la période qui suit immédiatement la Libération) et esquisse très timidement une piste pour leur vécu en 1945. Gustave Larcher, le fils de Marcel, n’a pas droit à sa biographie mais des éléments sur lui dans la présentation de Suzanne Richard qui fut la maîtresse de son père durant la première partie de la Seconde Guerre mondiale.     

Pour la période de 1945 les temps forts sont le procès fait au maire Daniel Larcher et au sous-préfet Servier pour collaboration politique, le séjour en prison de Marchetti (et les visites qu’il reçoit de ce fait), les conséquences du passage de Gustave dans le marché noir, les problèmes matériels (alimentation et logement) dont souffrent la population et la direction de la mairie. La collaboration économique de Jeanine Chassagne,  ancienne épouse de Raymond Schwartz est expédiée par un simple blâme (pages 43 à 46) et cela fort à propos car, à part quelques cas symboliques comme Renault ou la Société des Moteurs Gnome et Rhône transformée en Snecma, peu d’industriels furent inquiétés à la Libération.    

On a une seconde partie qui fait de constants allers-retours entre diverses périodes principalement des Trente glorieuses, ceci permet de voir ce que sont devenus les principaux personnages (y compris Heinrich Müller qui va finir sa vie en Amérique latine). En faut tous doivent à un moment ou l’autre se dégager d’un ou deux évènements de cette période où ils se sont trouvés en difficulté. La capacité de comprendre cette période pour le fils adoptif des Larcher et la fille des Bériot est mise à rude épreuve. Une dernière exposition d’Hortense  fait vraisemblablement la une des journaux nationaux au milieu des années 1970, le texte ne le dit pas explicitement mais les circonstances dans lesquelles elle se déroule n’auraient pas manqués d’intéresser la presse locale et parisienne. On retiendra ce dialogue d’outre-tombe de Marcel (bien informé de l’actualité de la Guerre froide) à son frère :

« Oublions le passé, comme disait Khrouchtchev à Tito ! » (page 318)

Les personnages commettent tous des actes parfaitement conformes à leur psychologie, même si le lecteur se demande toujours comment ils vont s’en sortir. Alain Ade a mis sous forme d’un roman spécifique chaque année de la série, c’est donc son sixième et dernier volume ; on sent une grande maîtrise de ce genre d’exercice. Le nombre de télespectateurs était en baisse entre la première partie de la saison 7 et la saison 6, ceci de près d'1% ; 10,6 % des individus de quatre ans et plus l'avaient regargée en 2017.

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 473 avis déposés - lecteur régulier

395 critiques
13/11/17
Après 7 saisons d’une fresque des plus ambitieuses, Un village français s’achève sur une saison magistrale en tous points
https://vl-media.fr/on-a-fin-de-un-village-francais-meilleure-serie-francaise/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :