Ecrire un avis

Hélie de Saint Marc

Hélie de Saint Marc
Artège 64 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Un Saint Marc qui voulait lessiver les moudjahidins"

De Saint Marc on n’apprend rien de l’enfance ni du milieu aux sympathies royalistes. La date la plus ancienne est celle de juin 1940 avec l’entrée des Allemands à Bordeaux. En fait le contenu est principalement un plaidoyer pour le choix de défendre l’Algérie française, y compris en participant à un putsch, que fit la personnalité la plus présentable du groupe.

Les auteurs ont bien perçu que ce personnage est souvent allé vers un chemin où il n’aurait jamais dû mettre ses pas, par une circonstance de départ qui a des conséquences parce que l’homme a pour idée que "c'est l'épreuve qui révèle le salaud et l'honnête homme".

Alors qu’il s’apprête à partir pour l’Angleterre, par refus du STO, il est déporté à vingt-un-ans dans un camp de concentration. Cinq pages permettent d’approcher cet univers atroce.

Après un passage de deux ans par Saint-Cyr, il arrive en septembre 1948 en Indochine où il va mener une action de contre-guérilla parmi la minorité ethnique des Thos (les appeler Nungs aurait aidé à les identifier). Toutefois avec le passage de la Chine au communisme, début 1950 le Vietminh reçoit un appui conséquent en armes, notre lieutenant doit abandonner les populations locales pour le camp de Cao Bằng. D’ailleurs à l'automne 1950, devant la poussée des armées du général Giap, les troupes et les ressortissants européens de cette dernière ville sont anéanties dans leur retraite dans une série d'embuscades dans la région de Dong Khe. Toutefois Hélie de Saint Marc a déjà quitté le Tonkin et il y est présent encore de 1951 à 1953, puis au moment de la chute de Dien Bien Phu. C’est l’occasion de rappeler qu’un million de Vietnamiens quittent le Nord (avec administration communiste) pour rejoindre le Sud (qui garde encore pour très peu de temps son empereur), préciser qu’ils étaient quasiment tous catholiques n’était pas superflu.

Il semble arriver en Algérie fin 1954. Ceci nous vaut un très beau tableau des vertus de la colonisation française, quand on sait que les colons français avaient acquis les meilleurs terres déjà cultivées (à quelques rares exceptions près) dans des conditions sur lesquelles on s’étendra pas, faire croire que « (les pieds-noirs) ont fait de ce pays une oasis, cultivant des terres improductives depuis la nuit des temps » est significatif du contenu global servi. Toutefois est pointée dans une vignette page 36 l’obstination des Français d’Algérie à refuser toute réforme.

Bien qu’il n’y participe pas, le rappel du désastre de l’expédition de Suez trouve une place heureuse pour mieux comprendre le divorce entre les officiers les parlementaires. Les principales étapes de l’évolution de la situation algérienne entre 1954 et 1962, Hélie de Saint Marc joue un rôle non négligeable dans deux moments clés. Au passage apparaît chez notre personnage le refus de condamner la torture et de voir les conséquences qu’elle eût dans la montée en puissance du nationalisme algérien. Il est évident que, comme d’autres officiers qui avaient servi en Indochine, l’idée de voir abandonnées de nouveau, les populations locales ralliées et armées en conséquence par les Français, étaient insupportable à Hélie de Saint Marc. C’est parce qu’il exerce à titre temporaire le commandement du 1er REP que l’armée française aujourd’hui ne compte plus en ses rangs une unité de ce nom, le ministre de la Défense Messmer l’ayant dissous suite à la participation de ses officiers à la rébellion.

Refusant de rentrer dans une clandestinité qui l’aurait mené vers l’OAS, dont les attentats firent plus de victimes que ceux du FLN, Hélie de Saint Marc se rend. Condamné à dix ans de prison pour sa participation au putsch, Hélie de Saint Marc passe quatre ans sous les barreaux.

Le graphisme est de type réaliste, le décor est soigné, les couleurs lumineuses, les tailles et cadrages des vignettes varient. Le testament spirituel d'Hélie de Saint Marc porte les trois dernières pages en présentant le poème "Que dire à un jeune de 20 ans?". Une autre BD, tout aussi hagiographique était parue un an plus tôt, il s’agit d’"Avec Hélie de Saint Marc" de Patrick de Gmeline et Guillaume Berteloot.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 501 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :