Ecrire un avis

Qui a tué Kennedy ? L’enquête illustrée

Qui a tué Kennedy ? L’enquête illustrée
Nouveau monde graphic160 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "La seule question non traitée est de savoir qui a décidé de faire tuer l’assassin de Kennedy"

On sait que Jack Ruby l’assassin de Lee Harvey Oswald était lié à la Maffia et si cet ouvrage a des lacunes c’est uniquement de ne pas assez exploré cette piste. Sinon toutes les hypothèses sur les circonstances de l’assassinat, le nombre et les identités de tueurs y passent, les plus fantaisistes comprises. Je dois confesser que celle très argumentée sur quelqu’un usant de l’identité d’Oswald pour faire un certain nombre d’actions en son nom ne m’était pas connue et que sur le fond elle me laisse sceptique.

Les auteurs retiennent dans la conclusion trois pistes (avec parfois des branches) probables à leurs yeux sur l’identité des commanditers : Castro ou les Russes, des Américains anticommunistes, le crime organisé, un ensemble de gens dans l’armée, la CIA ou au gouvernement. Globalement le message est quand même plutôt l’idée de deux tireurs car la capacité d’Oswald à tirer à la fois comme Lucky Luke et comme un Pied nickelé serait fort étonnante. Toutefois les pages précédentes de l’ouvrage ont portés à la connaissance des faits qui interprétés laissent à penser que dans ces trois pistes, on a des gens à écarter comme les Russes, en particulier par les informations données par un alors récent transfuge russe qui avait connu Oswald lors de son séjour en Russie.

L’ouvrage "Qui a tué Kennedy ? L’enquête illustrée" de Dan Mishkin, Ernie Colón et Jerzy Drozo est paru aux USA en 2014 sous le titre de "The Warren commission report" pour le cinquantenaire de l’assassinat à Dallas du président Kennedy (qui eut lieu en fait en novembre 1963). Ce qui est très intéressant c’est que la situation de l’époque pour les USA est bien rendue, à la fois dans ses aspects de politique intérieure et extérieure et socio-économiques (le volet culturel n’est que vraiment peu évoqué). Parfois la traduction semble chancelante, on se demande le lien entre les phrases de deux vignettes qui se suivent, cela arrive très peu de fois il est vrai et les phrases sont toujours syntaxiquement correctes même si l’on sent parfois qu’on a préféré la traduction mot à mot d’une expression plutôt que son remplacement par une expression équivalente, comme page 137 :

« Nous savons maintenant que le FBI et la CIA ont couvert leur trace »

pour « Nous savons maintenant que le FBI et la CIA ont effacé la trace  de certains de leurs rapports».

La mise en page est en constant renouvellement et des inserts sont présents à l’occasion. Le dessin Lee Harvey Oswald est présenté systématiquement en blanc, l’idée étant peut-être d’aider à faire passer par le dessin l’idée redondante dans le texte que sa vie est pleine de blancs et que l’on a vraiment du mal à saisir la couleur politique et le caractère de cet homme. L’ouvrage est d’ailleurs en grande partie centré sur la vie de ce personnage depuis son engagement dans l’armée américaine jusqu’à son décès, en passant par un séjour en URSS d’où il ramène une épouse. On lui prête une tentative d’assassinat raté sur un général américain Edwin Walker qui vient de démissionner en dénonçant le manque de patriotisme dans l’armée et le pays. Globalement on est ici avec un scénario proche de celui que l’on trouve dans la BD reportage, le graphisme s’en ressent positivement.

 

 

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 487 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :