Ecrire un avis

Petit canard blanc: une enfance en Chine

Petit canard blanc: une enfance en Chine
URBAN CHINA 107 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Sous Mao riz blanc nourriture de luxe pour petite fille aimant les dessins de canard blanc?"

Cet ouvrage est sorti aux USA  en 2012  avec pour titre "Little White Duck : A Childhood in China" chez l'éditeur Graphic Universe. La narratrice Da Qin raconte huit épisodes de sa vie d'enfant, certains d'entre eux renvoyant à un moment au vécu propre de ses futurs parents. Les années 1970 sont des moments de grands bouleversements pour la Chine, en effet le président Mao meurt en 1976. Da Qin écrit elle-même qu'elle a appartenu à « une génération de transition … prise entre deux modes de vie, entre l'ancien et le nouveau ». (page 104).

Pour mieux rendre le discours d’un enfant les épisodes de ces vies ne sont pas datés, mis à part celui du décès du Grand timonier, toutefois on aurait pu les faire apparaître dans un ordre chronologique même si en fin de volume une chronologie qui permet de deviner les années où ils se produisent. Contrairement à ce qu'ennonce la quatrième de couverture, on est dans les années du pouvoir de Mao et pas dans celle de Deng Xiaoping.

Les auteurs capturent parfaitement l’exubérance de l'enfance, la narration est neutre politiquement jusqu’à ce qu’une touche bouleversante se glisse subrepticement. Les affiches  de propagande de l’époque sont reprises.

L'action se situe à Wuhan, une ville du centre de la Chine sur le Fleuve bleu, connue de tous les Chinois car sa Tour de la grue jaune a été célébrée par Li Bai un poète de la dynastie Tang :

« Mon vieil ami a fait ses adieu à l'ouest, ici à la Tour de la grue jaune,
En ce troisième mois où un nuage de saule fleurissent, il va à Yangzhou.
Le voile solitaire est une ombre lointaine, au bord d'un bleu vide,
Du ciel je ne vois plus que le débit du fleuve Yangzi au lointain horizon ».

Ce texte est connu de tous les Chinois qui ont été scolarisés. Cette grue elle apparaît à l’entre du récit dans un rêve où l’héroïne et sa sœur sont dans une position qui renvoie aux illustrations du roman à l’origine scolaire pour les élèves suédois à savoir " Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson". Mao se risqua lui aussi à commettre un poème sur le même sujet, ces deux textes apparaissent en chinois sur une double page du début de l'ouvrage (la traduction est proposée en fin du livre).   Dans les pages qui suivent, on assiste au deuil collectif qui suit la mort de Mao.

Le second récit nous fait faire un bond arrière (en lien avec le Bond en avant de 1958-1960), à savoir la Campagne contre les Quatre nuisibles. Cela consistait à exterminer les moustiques, mouches, rats et moineaux et se termina par un désastre écologique qui se traduit autour de l’année 1960 par 36 000 000 de morts.  Les écoliers doivent chasser les rats, et dans chaque classe se lance un concours du nombre de queues de rat rapportées, pour encourager l'extermination de ces rongeurs. Tous ces aspects sont présents dans cette deuxième histoire mais avec des yeux et une sensibilité de petite fille.

Lei Feng est le symbole en Chine de l’abnégation et du dévouement envers les autres. Tous les ans, en son honneur durant une journée on accomplit de bonnes actions, mais le mieux est l’ennemi du bien quand on a un raisonnement d’enfant… La fin de l’ouvrage est en rapport avec le Nouvel An chinois de façon évidente pour qui connaît un peu la culture chinoise. L’ouvrage se termine ainsi :

« J’ai lu dans les écrits de Confucius qu’il y a trois manières d’apprendre : la première en étudiant l’histoire ce qui est mieux, la deuxième en imitant quelqu’un ou quelque chose ce qui est le plus facile et la troisième en faisant sa propre expérience qui peut briser le cœur ». (page 99)  

Le format est celui du manga, avec un nombre assez restreint de vignettes par page. Andrés Vera Martinez porte une très belle qualité de dessin à la main et choisit des couleurs bien en phase avec l’univers chinois. Rappelons que "manger le riz blanc" signifie en chinois n'avoir que du riz à manger; comme on le voit dans cette BD, à une période la plupart des Chinois ne purent que se nourrir d'expédients.        

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 493 avis déposés - lecteur régulier

688 critiques
08/11/15
Le Parti communiste chinois a autorisé, le 29 octobre 2015, tous les couples à avoir un second enfant. L'interdit datait de 1979.
540 critiques
09/09/16
Chine: 40 après sa mort, Mao toujours au centre d'un culte de la personnalité

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160909-chine-anniversaire-mort-mao-zedong-culte
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :