Ecrire un avis

Le Diable rouge: L’as Georges-Félix Madon 1892-1924

Le Diable rouge: L’as Georges-Félix Madon 1892-1924
Bernard Giovanangeli 317 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Diable rouge d’un côté et Baron rouge de l’autre"

Alors que des biographies existent sur de nombreux pilotes de la Grande Guerre, comme celles de Fonck, Guynemer, Nungesser, Célestin Adolphe Pégoud ou Roland Garros, on n’avait absolument rien sur Georges-Félix Madon qui fut un des as les plus connus de l’époque. Arriver à reconstituer la vie de ce dernier fut une véritable aventure dans les archives de l’armée au château de Vincennes, comme cela nous est largement raconté. 

Georges-Félix Madon est né le 28 juillet 1892 à Bizerte et est décédé le 11 novembre 1924 à Tunis. Il est déjà pilote avant son service militaire et il devient pilote militaire, en particulier à Belfort, avant la déclaration de la guerre. C’est d’ailleurs non loin de Belfort (et en particulier près de l’endroit en France où décède  Pégoud) que par erreur de pilotage Georges-Félix Madon franchit la frontière suisse. La ville de Porrentruy n’étant pas limitrophe de la France, l’anecdote de la vache (page 44) doit relever de la légende.

Il se retrouve donc prisonnier dans divers lieux de la Confédération helvétique. Ses tentatives d’évasion donnent la couleur d’un récit d’aventures captivant à certains passages de l’ouvrage. Les Suisses qui l’aidèrent ou qui ne purent réagir pour empêcher sa fuite furent lourdement frappés par la justice helvétique. 

Il y a nombre de victoires sur des avions allemands qui ne sont pas homologuées aussi n’a-t-il qu’une quarantaine de ce type d’exploits de reconnus, ce qui le place derrière Fonck, Guynemer et Nungesser.  Toutefois, Georges-Félix Madon gagne là son surnom de "Diable rouge"  que lui attribuent les Allemands. L’après-guerre est compliqué pour Georges-Félix Madon ; il rejoint quelques années après le 11 novembre 1918 la Tunisie. Le 11 novembre 1924, en l’honneur de Roland Garros, qui s'est vu concacré une statue, notre aviateur local décide de survoler Bizerte et s’écrase sur le toit d’un immeuble après avoir été victime d’un incident mécanique. En effet au mois de septembre 1913, Roland Garros avait réussi le premier à traverser la Méditerranée, joignant Saint-Raphaël à Bizerte.  

La ville de Bizerte inaugure en 1927 une statue de représentant, son rapatriement en France et ses installations successives tiennent également d’un parcours romanesque. Largement illustré, cet ouvrage permet d’approcher non seulement la vie d’un homme mais celle d’internés en Suisse et des pilotes français durant la Grande Guerre. La base aérienne 702 d’Avord (dans le Cher) porte son nom depuis le 30 juillet 1982.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 394 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La Tunisie .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :