Ecrire un avis

Un long destin de sang, acte 2

Un long destin de sang, acte 2
12 bis
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Le front entre pacifistes et jusqu’auboutistes passe par Pantin"

Dans les bandes dessinées pour adultes, si la femme n’est pas exclusivement cantonnée au rôle de repos pour le guerrier, il est très rare pour autant que sa place dans la société de l’époque de la Grande Guerre soit développée. Si bien que jusqu’à ces dernières années pour s’en faire une idée à travers les bandes dessinées (ou les histoires en images) la meilleure lecture restait celle d’un album contemporain de la période du conflit Bécassine mobilisée de Caumery, toutefois cette histoire en images parue à l’origine dans La Semaine de Suzette relève du comique. Avec ces deux albums de BD de la série Un long destin de sang on est passé au registre tragique. Un Paris en proie au bombardement de la Grosse Bertha sert de décor à l’essentiel de la série. Le récit met en avant un personnage historique de second plan qui est cité dans toutes les histoires de la Première Guerre mondiale qui s’intéressent à l’arrière, à savoir Hélène Brion l’institutrice d’une école de Pantin (située près de l’église éponyme).

Présenter toutefois cette dernière en mars et avril 1918 comme enseignante dans cette commune (alors qu’elle est en prison), la faire violer à côté des poubelles par l’imprimeur cupide (à qui elle a confié le tirage de tracts pacifistes) en imbriquant scènes de viol et de sermon à l’église, enfin la montrer refusant de cacher les tracts en question (pour s’éviter une arrestation) sont des exemples des idées pas toujours géniales et de bon goût de l’ouvrage. La correction des dictées qui lui est imposée (alors qu'elle est en maternelle), faire dire qu’elle enseigne alors que la guerre est le mal absolu, tout cela transpire le réchauffé pas très adroit de certains clichés de notre époque sur cette période. Le trouble qu’elle est censée ressentir lors de la rencontre de son filleul de guerre s'ajoute à cela, la place importante de ce personnage est historiquement vraie mais il est ici donné comme un militaire revenant du front alors qu'il est  en fait mobilisé dans une usine d'armement. La figure attribuée à H. Brion s’inspire de celle véhiculée par une brochure de l’Avenir social de Madeleine Vernet avec qui elle travaillera après sa libération et radiation des cadres de l’Instruction publique. Le dessin est d’ailleurs talentueux et on note un grand sens du cadrage.

Les tensions entre civils et militaires sont illustrées par la phrase très singulière du serveur de restaurant « Ça se croit tout permis parce que ça vient du front ! Encore heureux qu’il n’était pas défiguré, ça fait fuir les clients ». Un massacre mutuel à la baïonnette de l’ensemble d’un régiment français (dû à l’expérimentation sur les soldats d’un produit dopant à leur insu) maquillé en attaque allemande aux gaz aux environs de Craonne dans l’Aisne (un hommage indirect à la célèbre chanson bien inopportun), une édition de L’Humanité avec un article dénonçant l’affaire (alors que la censure sous le ministère Clémenceau n’a jamais été aussi rigoureuse), l’imprimeur violeur qui joue à Fort-Chabrol dans son imprimerie, donnent un étrange patchwork.

Une histoire à ne pas conseiller aux lycéens afin de leur éviter une note catastrophique en histoire au baccalauréat. La critique BD a été séduite par cette série trouvant un scénario original, reprenant parfois (dans les idées livrées par le communiqué de presse) l’intérêt de la mise en avant du personnage d’Hélène Brion (en se dispensant de trop réfléchir sur l’utilisation qui est faite de ce protagoniste). Cependant on peut rester dubitatif devant le résultat ; à trop vouloir coller ensemble des îlots très vagues de connaissances sur la Grande Guerre qui s’imbriquent mal entre eux avec une idée fantasque de départ (l’introduction de drogue dans l’alimentation de certains militaires) on intrigue le lecteur mais on ne le séduit pas toujours.

Alexandre

Note globale :

Par - 354 avis déposés - lecteur régulier

421 critiques
17/05/15
Exposition Les marraines de guerre pendant la guerre de 1914-1918 au Musée des eaux de vie 85 Rue du Général Dufieux 68650 Lapoutroie du du 16/05/2015 au 22/09/2015
421 critiques
12/09/19
voir autour de Brion https://www.gregoiredetours.fr/blog/2018/11/19/tribune-libre-le-chemin-des-dames/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :