Ecrire un avis

Avant l’heure du tigre : la voie Malraux

Avant l’heure du tigre : la voie Malraux
Glénat168 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Avant l’heure du tigre, c’est l’heure du buffle et le buffle tire difficilement sa charge"

Ceux qui se sont intéressés à la vie d’André Malraux savent que Malraux fit un séjour en Indochine et  plus particulièrement au temple de Banteay Srei, à une vingtaine de km au nord-est d'Angkor. Ce dernier est presque totalement écroulé et André Malraux avec son épouse entendent bien s’emparer de statues pour les revendre à des collectionneurs. Il semblerait, d’après ce que dit le récit ici, l’objectif était d’aller se servir en Thaïlande (alors appelé le Siam) où il devait être plus facile de trouver des complicités (avec l’aide de pots de vin) mais un incident technique sur un bateau les emmène à débarquer en pays khmer.

Après avoir pris des œuvres au temple de Banteay Srei, le couple Malraux est dénoncé, l’un et l’autre ont oublié de tenir compte de deux données. Premièrement on est dans les années vingt, le rapport au pillage des œuvres culturelles a évolué et les archéologues de l'École française d'Extrême-Orient, fondée en 1898, ont reçu la charge de la Conservation du site monumental d’Angkor en 1907. Deuxièmement contrairement à des Français installés en Indochine, depuis des années, ils ne se déplacent pas discrètement.

Le livre ne le dit pas mais les sculptures découpées par Malraux sont déposées au musée national de Phnom Penh (le Cambodge est un protectorat)  avant de revenir au temple de Banteay Srei. L’archéologue Henri Marchal, après l'aventure du couple Malraux, assurera la restauration du monument pierre par pierre à partir de 1931. Toutefois qu'il fut décidé de protéger deux frontons du temple dans des musées ; l’un a été déposé au musée national dans la capitale cambodgienne, le second a été offert au musée Guimet où on peut le voir depuis 1936.  Un saut dans le futur et l’espace de 1924 au Cambodge à Paris au musée Guimet dans les années 1970 montre un groupe de visiteurs qui naïvement demande si des œuvres khmers du musée ont pour donateur Malraux… Rappelons qu’à l’époque André Malraux était encore en vie ou mort depuis peu (il décède fin 1976) et qu’il fur ministre de la culture de 1959 à 1969.

Clara Malraux tire de cette aventure le souvenir que leur comportement ne fut pas sans grandeur et qu’il est à revendiquer avec orgueil. Il y a sérieusement à nuancer le propos, en si Clara rentrée en France (une femme n’est pas alors responsable si elle aide son mari à sa demande) se démène sérieusement pour faire libérer André, par contre ce dernier n’a aucune gloire à tire de son idée de départ (piller un temple asiatique) ni de son attitude avant, pendant et après son action à l’encontre du temple de Banteay Srei. De cette aventure Clara Malraux peut proposer un roman "La voie royale".

"Avant l’heure du tigre : la voie Malraux" consacre 150 pages sur cette aventure, avec en plus quelques feuilles autour du décès du père de Clara en 1911 à Baden-Baden (elle est de nationalité allemande)  et aussi peu sur des années d’après-seconde-guerre mondiale.  Le graphisme est en noir et blanc, à l'encre de Chnie (pour mieux faire couleur locale),  les visages renvoient un peu au style caricatural.            

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 412 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :