Ecrire un avis

Perpignan sous mandat RN

Perpignan sous mandat RN
L’Harmattan247 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Saint Gaudéric et Saint Jean-Baptiste derrière Alliot en 2026 ?"

L’auteur a été candidat sur une liste citoyenne ayant à sa tête Caroline Forgues, ingénieur-conseil et militante associative ; cette dernière recueille un peu plus de 6,50% des voix. Il nous le précise d’entrée de jeu et nous confie quels sont ses valeurs, il est écologiste,  catalaniste, laïque (dans la filiation des laïcités séparatistes de 1905 et non dans la laïcité identitaire développée qui affirme que les racines de la France sont essentiellement chrétiennes), contre toutes les exclusions, et pour une économie solidaire et sociale.

Il aurait été souhaitable que l’auteur soit plus explicite sur les résultats des municipales de 2014 et 2020. En 2014 le maire UMP Jean-Marc Pujol  l'emporte au second tour sur Louis Aliot grâce aux voix de la gauche (la seule de ses listes qui pouvait se maintenir au second tour se retire). En 2020, Jean-Marc Pujol   fait face de nouveau à une liste d’extrême-droite mais aussi à deux de ses anciens adjoints (l’un d’entre eux est député macroniste) et à deux listes de gauche plus une liste de Lutte ouvrière. Avec les retraits de la liste écolo-socialiste et celle macroniste, Jean-Marc Pujol  se retrouve seul face à Louis Aliot ; la liste de ce dernier est élue avec 53% des suffrages. La minorité municipale est donc composé d’élus exclusivement de droite et deux de ses membres ont choisi de rallier Louis Aliot.  Olivier Gandou analyse bien les causes de l’échec de la municipalité sortante et revient sur les modes de gestion des maires précédents Alduy père et fils.

Le basculement du vote gitan en faveur de l’extrême-droite est pour une notable part dans cette victoire. On aurait aimé en savoir plus, de façon synthétique, sur les relations actuelles entre cette communauté et le maire. Il semble que celles-ci sont dégadées d’après la presse (https://madeinperpignan.com/saint-jacques-l-divorce-entre-louis-aliot-et-la-communaute-gitane/ et https://www.mediapart.fr/journal/france/050223/perpignan-louis-aliot-n-en-finit-pas-de-trahir-les-gitans-du-centre-ville). On sait, toujours par internt, que le premier Festival de Culture Gitane à Perpignan s’est tenu début 2023 et que le projet d’une radio gitane est toujours à l’ordre du jour.

En 2014 l’extrême-droite s’était emparée au nom du Front national de Beaucaire, Camaret-sur-Aigues, Cogolin, Fréjus, Hayange, Hénin-Beaumont, Le Luc, Mantes-la-Ville, Le Pontet, Villers-Cotterêts, de plus Béziers, Orange et Bollène sont aux mains de maires n’étant pas dans ce mouvement mais porteurs d’une idéologie semblable.  Bruay-la-Buissière,  Moissac et Perpignan ont été  les nouvelles conquêtes de ce courant d’idées qui a perdu Mantes-la-Ville dans les Yvelines. On voit que l’extrême-droite a consolidé ses bastions dans le sud-ouest.

Olivier Gandou rapporte une certains nombre de faits et termine en invitant d’autres à éclairer la situation actuelle de Perpignan. Auparavant il aura décliner l’action de la nouvelle équipe municipale notamment du point de vue de sa politique d’urbanisme, de dynamisme économique, d’action culturelle, de soutien sélectif aux clubs sportifs, de mesures sécuritaires, d’aides sociales, de rapport à l’histoire (se centrant sur la nostalgie de l’Algérie française et des acteurs de l’OAS et la mise en sommeil de la dimension catalane de la ville), d’écoute graduée des communautés religieuses, de la présence de mouvements identitaires et de groupements se réclamant du catholicisme identitaire avec ou sans participation aux messes à la célébration d’une messe en mémoire de Louis XVI ou du maréchal Pétain.

Pour montrer la richesse des informations distillées dans ce livre dans tous les domaines, nous avons choisi de noter l’essentiel de ce qui concerne le non-respect de la loi de 1905. L’ancien maire Jean-Marc Pujol avait installé en 2010 une crèche dans le patio de l’hôtel-de-ville et Louis Alliot a poursuivi dans ce sens.  Le pessebre en question devait être démonté selon le Tribunal de Montpellier mais pour les fêtes de Noël la municipalité prit le temps de le faire et il fut visible jusqu’au 6 janvier 2023. En décembre 2023, la crèche a été installée dans une extension en bois place de la Loge. Elle est accessible via l'Hôtel de Ville mais pas en son sein, ce qui a valu une autorisation de la part de la justice.

On relève également page 150 ce qui suit : « En mars 2021, les Perpignanais découvrent sur les réseaux sociaux que le logo de "Perpignan la Catalane", un dessin inspiré du monument du monument Le Castillet, est en train d’être remplacé par un dessin religieux sur fond de couleurs catalanes (et "divines") avec un slogan "Perpignan la Rayonnante". Cette intrusion d’un catholicisme subliminal dans le champ visuel de l’espace perpignanais n’était qu’un début ». Selon nos propres sources, Louis Aliot déclare à ce propos : « Nous avons voulu renouer avec le passé de la ville. Le blason de Perpignan avec Saint Jean-Baptiste date de 1340. Ce retour aux sources était nécessaire ».

En matière d’entorse à la laïcité, on note encore : « Louis Aliot, et certains de ses conseillers municipaux, continuent la "tradition" de l’ancienne municipalité, de s’afficher dans le cadre de leurs fonctions municipales, à la bénédiction des roses au mois d’avril dans le contexte de la Saint Jordi. Mais ce mélange, édiles et catholicisme, devient de plus en plus voyant et irrationnel. Dans un contexte de très longue période de sécheresse, en 2023, Georges Puig, viticulteur à Passa, conseiller municipal avec délégations sur l’eau, et "sympathisant" de la royauté, demande au premier vicaire de la cathédrale de Perpignan, l’abbé Christophe Lefebvre, de prier avec lui le saint des agriculteurs, histotiquement sollicité pour faire tomber la pluie. Tous deux, selon la presse, se sont retrouvés à genoux devant le retable de Saint Gaudérique, en la cathédrale Saint Jean Baptiste, pour l’implorer d’intercéder en faveur des cultures catalanes.  Le samedi 18 mars 2023 se déroule une procession à Perpignan, avec les reliques de Saint Gaudérique, pour implorer la pluie » (page 148). On pourra d’ailleurs voir l’évènement ici https://www.youtube.com/watch?v=aHK4_wlVZbo

Pour tous publics Aucune illustration

Benjamin

Note globale :

Par - 481 avis déposés - lecteur régulier

481 critiques
09/02/24
Perpignan : Le désordre budgétaire raconté par l’opposition https://madeinperpignan.com/perpignan-le-desordre-budgetaire-raconte-par-lopposition/
481 critiques
08/05/24
L’extrême droite majoritaire au Parlement européen ? Un débat le 15 mai 2024, à partir de 19h à La Gaîté Lyrique, 3 bis rue Papin, 75003 Paris entre Béatrice Giblin, fondatrice de l’institut de géopolitique de Paris 8, spécialiste de l’extrême droite en Europe et Simon Carraud, journaliste à Contexte, fin connaisseur des réseaux de pouvoir bruxellois. Entrée gratuite
481 critiques
21/06/24
Quand le journal Le Point étrille la politique du maire RN de Perpignan https://madeinperpignan.com/breve/perpignan-journal-le-point-politique-du-maire-rn/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :