Ecrire un avis

Les Arméniens 100 ans après

Les Arméniens 100 ans après
HD Ateliers Henry Dougier 144 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Laissez brûler les petits papiers, papier de riz ou d'Arménie"

Il s’agit d’évoquer l’Arménie à travers les relations qu’entretiennent les Arméniens de toutes nationalités (donc résidants ou non) avec le pays de leurs ancêtres.  Dans son introduction l’auteure précise fort bien ses intentions :

« sur un mode non pas littéraire mais dynamique, de façon à susciter réflexion et questionnement, et en suggérant plus qu’en expliquant toute la complexité de la situation (…) souligner l’espoir qui découle de l’amour que lui portent ses fils, de son inépuidable énergie et de sa formidable capacité de résistance ». (page 8)

Plutôt que d’aborder dans un style universitaire les questions liées au passé, présent et futur de l’Arménie, elle a opté pour une formule bien moins didactique qui consiste généralement à aller interviewer une personne d’origine arménienne (sans lien avec la recherche universitaire) pour aborder avec  elle l’approche originale de l’Arménie qu’elle a. Lorsqu’elle n’a pu trouver de témoins pour un point qui lui tient à cœur, c’est dans un style de journaliste qu’elle va traiter de la question. Ainsi par exemple pages 52 à 55, évoque-t-elle à travers la ville syrienne de Deir-ez-Zor à la fois  la dernière étape de la déportation de 1915 et l’arrivée dans cette région des partisans de l’État islamique. De même aux pages 70 à 75, Sèda Mavian traite de la cité de Kessab, afin de rappeler une fois encore que les Arméniens sont présents en Syrie (actuellement prise dans la Guere civile), du fait en particulier de la présence du XIe au XIVe siècle du royaume arménien de Cilicie, un état fondé par des réfugiés arméniens fuyant l'invasion seldjoukide de l’Arménie. C’est aussi, avec Kessab, l’occasion de parler de la présence française dans l’Entre-deux-guerres tant dans les actuels Syrie, Liban qu’au sandjak d’Alexandrette. Ce dernier est cédé dans presque sa totalité à la Turquie en 1939, à l’encontre de tout ce qui constitue le droit international, mais la France en a distrait le village de Kesab.  

 

Côtes de la Syrie

À travers cette vision globale, Sèda Mavian met en relief un point particulier en rapport avec la vie quotidienne et la culture du pays.  En sept chapitres, ce sont une petite trentaine  de textes qui interrogent sur les diverses raisons de la forte présence arménienne en Russie, le retour de descendants d’émigrés, l’existence de deux états arméniens (l’Arménie et le Haut-Karabagh qui est non reconnu mais peut s’appuyer sur le précédant du Kosovo), le dialogue arméno-turc, le métissage important des exilés…

Parmi les artistes ayant au moins une moitié de sang arménien (mère couturière de théâtre) est cité le cas du comédien métis (père antillais acteur) Pascal Légitimus qui exploita ce fait dans un de ces spectacles "Alone man show":

  « J’ai été ballotté entre les deux cultures. Arménien, ça ne se voit pas. C’est vrai qu’il y a un délit de faciès, on ne voit que le côté antillais. J’avais envie de rétablir la vérité. »

Les musiciens Tigran Hamasyan et Alain Altinoglu sont également présents. L'auteur ne le signale pas mais le mamelouk Roustam Raza, ramené d’Égypte par Napoléon Bonaparte et devenu garde du corps de ce dernier, était un un Arménien né en 1781 en Georgie actuelle.

Pour tous publics Peu d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 631 avis déposés - lecteur régulier

631 critiques
14/06/15
Dans l'actualité immédiate: Syrie : les oubliés de Kessab

http://www.marianne.net/Syrie-les-oublies-de-Kessab_a238925.html
631 critiques
14/06/15
L'argument du génocide bis s'avèrerait relever de la propagande venant du régime syrien

http://syrie.blog.lemonde.fr/2014/04/07/lepuration-ethnique-des-armeniens-en-syrie-dramatiser-pour-mieux-mobiliser/
237 critiques
25/12/15
Une conférence sur les « Princes-Négociants Arméniens de l’Empire ottoman » vendredi 4 février 2016 à 20h30 à la Médiathèque La Passerelle de Bourg-Lès-Valence (Drôme) par Onnik Jamgocyan
340 critiques
25/12/18
Et le pays de l'année est... l'Arménie
https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0600390926799-et-le-pays-de-lannee-est-larmenie-2232311.php
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur L'Arménie .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :