Ecrire un avis

Bas les armes!

Bas les armes!
Turquoise397 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Die Waffen nieder!"

Dans un avant-propos, Marie-Antoinette Marteil donne le contexte au niveau des relations internationales  en Europe pour l’année 1889, date où paraît le roman Die Waffen nieder!. C’est l’année de l’arrivée au pouvoir de Guillaume II, ce qui déjà n’est pas une bonne nouvelle mais aussi celle du suicide l’archiduc Rodolphe à Mayerling.  Elle signale également que Bertha von Suttner comptait dans sa famille Theodor Körner un poète aux textes patriotiques qui mourut en 1813 en faisant face aux armées napoléoniennes (des vers de lui sont d’ailleurs cités page 318).

Marie-Antoinette Marteil nous précise, qu’en vue d’un prochain conflit entre grandes puissances en Europe qu’elle redoutait, elle préconisait un désarmement total de tous les pays. Une double-page permet de présenter les dirigeants de l’Institut international de la paix lors de l’inauguration de leurs locaux en 1903 à Monaco ; Bertha von Suttner est à côté de six hommes dont le prince Albert Ier et le polytechnicien Gaston Moch (par ailleurs ardent partisan de l’espéranto) qui préfaça le livre devenu Bas les armes dans sa première édition en français.

Illustration absente de l'ouvrage. La légende avance que le grand balayeur Mars dit à  Bertha von Suttner: « Bon, ma p’tite Dame, maintenant je vais vous faire de beaux tas avec toute cette histoire et vous, vous allez me bourrer un joli petit oreiller de toutes ces feuilles mortes. »

Dans ce roman, traduit en français en 1899, Martha l’héroïne traverses quatre guerres, perd son premier mari lors d’un conflit, elle va sur le front rechercher son second époux qu’elle pense blessé et apprend que se trouvant à Paris il est pris à tort pour un espion prussien et fusillé fin janvier 1871. La narratrice raconte sa vie essentiellement à partir de son mariage en 1858 avec un lieutenant de hussard, elle appartient à la haute noblesse autrichienne. Napoléon III, qui avait annoncé que l’Empire c’était la paix, commença par se faire la main en Crimée en 1854, puis en 1859 pensa qu’il était l’heure de contribuer à l’unification italienne en y gagnant au passage la Savoie et le comté de Nice. C’est donc par ce premier conflit entre l’Autriche d’un côté et le Piémont ainsi que la France de l’autre, marqué par la bataille de Solférino, que Martha voit se dérouler.   

Suivent ensuite les évocations de la Guerre des duchés menée en 1864 où la Prusse et l’Autriche réunis attaquent le Danemark, de la Guerre austro- prussienne de 1866 (marquée par le désastre de Sadowa), et enfin la Guerre franco-prussienne de 1870-1871 (il y une impasse sur sa prolongation par l’épisode de la Commune parisienne). À chaque fois est soulevée la question du sens de la guerre en question mais aussi du caractère militariste de la société autrichienne, qualité qui ne l’empêche pas de perdre les deux conflits où elle a un ennemi conséquent en face d’elle.  L’épilogue se déroule en 1889 et on y évoque la création de l’Association internationale de la paix et de l’arbitrage à Londres.

À travers les pensées de son héroïne, Bertha von Suttner délivrent certains messages. On peut relever ces phrases :

«L’histoire de l’humanité n’est pas – comme il était coutume de le croire – déterminée par les rois et les hommes d’Etat, par les guerres et les traités qui mettent en œuvre l’ambition de l’un et la ruse des autres, mais bien par le développement progressif de l’intelligence.»

«Comment les procès entre gens civilisés sont-ils réglés ?» «Par le tribunal. Mais les nations ne sont soumises à rien de tel.» «Tout comme les sauvages», disait le docteur Bresser en venant à mon secours. «Primo, les nations sont encore civilisées et il faudrait encore beaucoup de temps jusqu’à ce qu’elles se décident à avoir recours à un arbitrage international.»

« Toute guerre suppose un vaincu : si celui-ci ne peut trouver réparation que dans une nouvelle guerre, celle-ci crée un nouveau vaincu qui ne respire également que par réparation et vengeance. »

« Mais je vois naître l’aurore d’une ère nouvelle. Peut-être le prince ou l’homme d’État qui aura la gloire de proposer le désarmement est-il déjà né. »

Pour tous publics Peu d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 295 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :