Ecrire un avis

Révolutions quand l’histoire de France a basculé, 1356 tome 3

Révolutions quand l’histoire de France a basculé, 1356 tome 3
Soleil56 pages
2 critiques de lecteurs

Avis de François S.F. : "Innovateur malgré des inexactitudes"

Je trouve la série intéressante et ici, l'intérêt, pour la Bd historique est d'avoir ouvert la brèche sur une période de l'histoire de la guerre de Cent Ans (ici de 1356 à 1358) généralement ignorée par les auteurs du genre. Le Trône d'Argile a magnifiquement exploré le XVe siècle. Il fallait pour le XIVe quelque chose qui fasse date, et c'est ce qui arrive ici.
Bien sûr, on pourrait évoquer la série Vasco, fort belle et bien documentée.
Mais enfin, en bande dessinée, il manquait de voir ce que pouvait donner la confrontation entre le Prévôt des marchands de Paris, Étienne Marcel, et le Dauphin, futur Charles V le Sage, alors simple Lieutenant du roi puis Régent, sans même que le roi Jean II le Bon, captif à Bordeaux puis à Londres après la désastreuse bataille de Poitiers, consentît à ce que son fils Charles arborât ces titres.
Nous fermerons les yeux sur les erreurs chronologiques de cette bd (déconfiture d'Azincourt placée ici avant celle de Poitiers, ce qui aurait pu être évité, manifestation de la peste après la bataille de Poitiers alors qu'elle s'était déclarée plus tôt, bond trop rapide de 1356 à 1358, ce qui fausse l'image que l'on doit se faire d'Étienne Marcel, trop vite présenté comme un soutien de Charles de Navarre - carte qu'il ne jouait pas vraiment en 1356, préférant plutôt se servir du Dauphin contre son père Jean le Bon désireux de faire la paix avec les Anglais alors que les États de langue d'oÏl sous l'influence d'Étienne Marcel poussaient plutôt à la poursuite de la guerre contre les Anglais, ce que ne dit pas cette bd et c'est dommage) ; nous ne verrons et ne retiendrons que ceci : les auteurs de cette bd s'emparent d'un sujet non traité dans ce genre, et c'est réussi, même si le personnage central est montré comme l'auteur méconnu d'actes déterminants qu'il n'a pu accomplir, pour la bonne raison que ce Conan de Nesle reste un être fictif. Mais l'idée est bonne de le montrer pris dans cette tourmente comme beaucoup et prêt à monnayer ses services, même si c'est aux personnages les moins respectables, et même si ce héros de bd est honnête. Bien vu, cela donne à l'histoire de cet individu sinon une totale vraisemblance du moins un certain réalisme, proche des réalités vécues par de grands chefs de "routiers" à l'époque, comme par exemple Arnaud de Cervole, dit l'Archiprêtre, très attaché cependant à la cause des Valois.
Bon, dans l'ensemble, un vrai satisfecit, malgré les réserves évoquées.
Et je salue avec joie ceux qui ont eu cette idée.

François Sarindar
coup de coeur !

Pour tous publics

Note globale :

Par - 7 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Avis de Xirong : "Père gardez-vous à gauche, père gardez-vous à droite (paroles de Philippe le Hardi à Jean le Bon lors de la bataille de Poitiers en 1356)"

La BD historique est toujours de qualité chez Soleil, et en particulier lorsque Jean-Pierre Pécau est le scénariste. Il n’était pas facile de bâtir une fiction didactique autour des évènements qui vont de la bataille de Poitiers en 1356 (où le roi Jean le Bon est fait prisonnier, le deuxième chronologiquement à être captif sur les quatre chef d'état français qui le sont) à la reprise en mains de Paris par le dauphin (futur Charles V le sage) à l’été 1458. On rappelle que les archers gallois jouèrent un rôle primordial dans cette bataille, de là à avancer, page 7, qu’en toutes circonstances les arbalétriers  (ici génois)  sont moins dangereux que les archers semble bien réducteur. Rappelons que la flèche de l’arbalète file à 260 km/h et peut transpercer une armure à 90 mètres.

Le héros est un personnage totalement fictif ; il s’agit d’un jeune seigneur breton désargenté qui est devenu mercenaire du roi de France. Il est un des rares survivants de la bataille de Poitiers et rencontre des paysans révoltés (les jacquets) sur le chemin qui le mène du Poitou à Paris. On d’ailleurs une bonne image de ce qu’était cette dernière ville au XIVe siècle, grâce à de belles illustrations.

Dans ce Paris, en proie aux luttes de faction, qui va-t-il servir ? Près de deux ans après la bataille de Poitiers, le prévôt des marchands Étienne Marcel prend la tête d’un soulèvement des Parisiens, Charles de Navarre (présent dans la capitale en 1458) est également dans l’ombre de la rébellion et espère bien consolider son  pouvoir en amorçant les conditions d’un changement dynastique qui ferait de lui le roi d’une France largement amputée des territoires au sud de la Loire. 

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 444 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur Les grandes batailles médiévales .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :