Ecrire un avis

Apprenez le chinois à la dure de AI à ZI

Apprenez le chinois à la dure de AI à ZI
Gope 134 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Des côtés irrévérencieux mais jamais vulgaires"

L’ouvrage est sous-titré Le dictionnaire français chinois en BD, en fait pour que le lecteur potentiel ait une idée du contenu possible, il aurait fallu proposer un titre comme "125 mots en mandarin et cantonnais illustrés par la BD". Larry Feign nous a donné l’ensemble des aventures de "Lily Wong" qui sont parues de 1986 à 2001, les pressions du gouvernement chinois sur les journaux de Hong-Kong ont mis fin à cette publication de strips. Dans Apprenez le chinois à la dure de AI à ZI, l’auteur a repris nombre de personnages qu’il mettait en scène dans "Lily Wong".   

On a tout d’abord une demi-douzaine de pages d’explication sur les caractéristiques du chinois dit mandarin (langue officielle) et du cantonnais. La différence de prononciation est considérable entre les deux langues. Toutefois l’écrit est proche, du moins si l’on comprend que le mandarin utilise des caractères simplifiés en gros une fois sur trois pour les idéogrammes ici présents et que le cantonnais maintient ici l’écriture en caractère classique.

On peut regretter que le style graphique choisi ici (écriture cursive) pour les caractères simplifiés ne soit pas des plus lisibles, on ne lève pas systématiquement le pinceau, ce qui donne une silhouette qui n’est pas toujours celle des caractères d’imprimerie que l’on trouve couramment dans les livres. Ainsi est-il peu évident, aux yeux du béotien, de mettre pour représenter 头.Pour chaque page, on a un mot  composé dans plus de la moitié des cas de deux caractères, les autres mots présents sont dotés d’un ou trois idéogrammes. En-dessous se trouve la traduction du mot, puis une petite dissertation humoristique autour de la dimension culturelle de ce mot et enfin un dessin d’humour ou une BD en deux à quatre vignettes qui rajoute une dimension comique à cet univers lexical. Plus sur les Chinois les plus méridionaux que sur les Chinois de Pékin, est fournie une belle approche quasiment ethnologique ; on retrouve là des pistes sur la conception cantonaise de la vie, de l'amour, de l’argent, des relations sociales, des fêtes, de la nourriture…

La traduction de l’anglais au français est bien adaptée, quoique l’on pouvait l’améliorer, ainsi page 117 on aurait gagné à écrire « On dirait que je ne suis pas le seul à avoir les crocs » plutôt que « On dirait que je ne suis pas le seul à avoir les crochets ». Par ailleurs, il  me semble que pour quelques mots comme l’équivalent de "voleur" on aurait préféré des précisions, on serait plutôt là dans "braqueur de banque"  (page 103).  

idé cadeau

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 466 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :