Ecrire un avis

L’irréparable: Pithiviers, sur le chemin d’Auschwitz

L’irréparable: Pithiviers, sur le chemin d’Auschwitz
L’Harmattan291 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Faire passer une histoire amandée à Pithiviers"

Le pithiviers est une pâtisserie faite d'une pâte feuilletée et d'une garniture composée de crème d'amande, elle est le support du gâteau des rois dans une bonne partie de la France. Philippe Pintaux est né en 1954 à Charleville dans les Ardennes et y a été scolarisé jusqu’au baccalauréat,  et il a commencé quelques années plus tard sa carrière d’expert-comptable à Charleville-Mézières, ville qu’il a quitté en 1981 pour Ascoux dans le Loiret. Après un bref passage à Fontainebleau de 1985 à 1987 il poursuit sa vie professionnelle jusqu’à sa retraite à Pithiviers. Dans les années 2000, il sera même maire de cette cité du Loiret.

Il a écrit un premier ouvrage racontant la vie à Charleville durant la Première Guerre mondiale, devenue le siège du quartier général du Kronprinz ; il l’intitule fort à propos Berlin-sur-Meuse.  Dans L’irréparable: Pithiviers, sur le chemin d’Auschwitz, l’auteur livre un roman historique qui est destinée à mettre en exergue le rôle spécifique de cette sous-préfecture dans l’histoire de L’Occupation.

C’est en effet là que furent internés nombre de juifs avant de partir pour les camps de concentration. De 1941 à 1943, le gouvernement de Vichy interna plus de 18 000 juifs étrangers dont 4 000 enfants, dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande. Certains avaient été déchus de leur nationalité française, comme les parents du personnage principal. Le CERCIL à Orléans entretient cette mémoire ainsi qu’en particulier celle du camp de Jargeau, une commune sur la Loire légèrement en amont d’Orléans où on emprisonna notamment des nomades, ainsi que celle des enfants qui passèrent par le camp de Drancy au nord-est de Paris. On écoutera Hélène Mouchard-Zay, fondatrice et présidente du Cercil ici https://memoiresvives.net/2011/01/23/ouverture-du-centre-sur-les-camps-du-loiret-a-orleans/. Philippe Pintaux a déclaré à un journaliste de la République du Centre :

« J'ai pu profiter de témoignages recueillis par le Cercil ou par l'association du Convoi numéro 6, dont je suis adhérent ». (page 73)

  Cette illustration n'est pas dans ce livre

L’intrigue tourne donc autour de ces actions répressives contre la communauté israélite et il est peu apporté sur les autres évènements qui marquèrent l’histoire de cette cité durant cette période. Il n’aurait pourtant pas inintéressant de glisser dans le récit par exemple que Marcel Donon le maire radical et franc-maçon (qui avait bien imprudemment voté les pleins pouvoirs à Pétain comme environ cent autres parlementaires "frères trois points") fut démis de ses fonctions par le gouvernement de Vichy et que le sous-préfet de Pithiviers de juin 1942 à décembre 1943 se nommait Michel Junot (1916-2008) futur député français indépendant dans la capitale puis parlementaire européen RPR mais aussi maire-ajoint de Paris. Il se fit un avocat de l’alliance entre le néo-gaullisme et le Front national  et fut pour la petite-histoire un temps le beau-père de Caroline de Monaco.  

On suit quasiment l’ensemble de la vie d’une jeune juive dont les parents étaient d’origine polonaise. En fait toute sa famille part en camp de concentration et n’en revient pas ; la première victime est le père qui tombe en 1941 dans la Rafle du billet vert (l’expression n’est pas donnée mais on le comprend aisément). « Quand au motif de sa rétention, il tenait en tout et pour tout en six mots "en surnombre dans l'économie nationale"».

Il y a une forte dimension fictionnelle et le récit amène un fait sortant de l’ordinaire dont les conséquences sont immenses. On est sur le motif du changement d’identité gardé en secret absolu jusqu’à la mort de l’héroïne. C’est le fils de cette dernière qui se révèle en fin d’ouvrage comme le narrateur. On relève page 80 la transcription du poème qui était l'hymne des internés du camp de Pithiviers.      

Pour tous publics Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 372 avis déposés - lectrice régulière

124 critiques
22/03/17
Conférence La politique de dénaturalisation sous Vichy
Mardi 28 mars 2017 à 18h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv
438 critiques
05/04/17
Jeudi 20 avril 2017 à 14h15 à Cerdon
Randonnée commentée Les fermes de Sologne : persécution des Juifs, déportations et sauvetages
Point de départ : Ferme de la Matelotte, en provenance de Cerdon et en direction d’Argent-sur-Sauldre (vers l’Etang du Puits), à gauche, après la route qui part à droite vers l’Etang du Puits, et avant la borne qui marque la séparation entre le Loiret et le Cher.

Informations et réservations auprès du Cercil au 02 38 42 03 91
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La déportation .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :