Ecrire un avis

Histoire de la Première armée française

Histoire de la Première armée française
Nouveau monde668 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Tassigny, t’as signé fièrement la capitulation de l’Allemagne!"

Jean de Lattre de Tassigny est né le 2 février 1889, à Mouilleron-en-Pareds (en Vendée), en 1939 à Strasbourg il devient le plus jeune général de brigade de France. En janvier 1940, il prend le commandement de la 14e DI à Rethel dans les Ardennes. Pendant la Débâcle, les unités du général de Lattre continuent à se battre à Mourmelon et à Nevers.

En novembre 1942 les Allemands envahissent la zone sud, le général de Lattre donne alors l'ordre à ses troupes de sortir des garnisons et de résister. C’est pour cela qu’il est arrêté et condamné à dix ans de prison en janvier 1943. Transféré à la prison de Riom, il s'en évade (sur ce point se reporter à "La longue nuit du général : l'évasion du général de Lattre" de Raymond Fourgous aux éditions Créer). Il rejoint Londres grâce à un appareil de la RAF venu le chercher à Manziat dans l'Ain le 17 octobre 1943. À peine moins d’un mois plus tard, il est promu général d'armée par le général de Gaulle et il rejoint Alger.

Après la campagne d'Italie il se voit confier la formation et le commandement de l'Armée B, future Première Armée Française, les effectifs terrestres de la France combattante étant devenus suffisamment important pour permettre la reconstitution d'une véritable armée. De Lattre réalise donc, en six mois, l'amalgame des troupes d'Afrique du Nord avec les Forces françaises libres et les volontaires évadés de France et de l'Empire.

Dans cet ouvrage, le général de Lattre commence par raconter la libération de l'Ile d'Elbe en juin 1944, il poursuit par le débarquement en Provence, le 15 août aux côtés des alliés. Il conte qu’après la libération de Toulon et de Marseille, ses troupes se dirigent vers la Vallée du Rhône avec les durs combats de Chalon-sur-Saône, Beaune et Autun.

Le 24 septembre 1944, le général de Gaulle lui remet la Croix de Libération au château de Bournel dans le Doubs), résidence habituelle du marquis de Moustier (seul député de la Fédération républicaine, il meurt en mars 1945 en camp de déportation). Après avoir fait tomber en novembre 1944 les villes de Montbéliard et Gérardmer, les combats sont terribles devant Belfort, Colmar et Strasbourg, la contre-attaque allemande de Von Rundstedt empêche la progression alliée jusqu'en janvier 1945. Ensuite les troupes alliées reprennent l'initiative et commencent la remontée vers l’Autriche poussant jusqu'à Arlberg, c'est la fameuse campagne Rhin et Danube. Le 9 mai 1945, le général de Lattre signe à Berlin, au nom de la France, aux côtés des alliés, l'acte de capitulation de l'Allemagne nazie.

De nombreuses cartes des opérations militaires sont proposées. Écrit en 1949, il s’agit là d’un témoignage capital qui permet de réfléchir sur les conditions dans lesquelles les anciens maquisards permettent un blanchiment des troupes pour des raisons qui ne sont pas seulement en lien avec la résistance moindre des Maghrébins au froid. La première armée française compte près de 400 000 hommes, après avoir intégré 137 000  FFI.

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 617 avis déposés - lecteur régulier

333 critiques
15/02/17
Projection du film Dompaire, une étape vers la liberté
Mercredi 22 février à 18 heures Musée ordre de la Libération 51 bis bvd de La Tour Maubourg 75007 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles sur réservation obligatoire
01 47 05 35 15 ou secretaire.musee@ordredelaliberation.fr
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :