Ecrire un avis

L’enfant et la boutargue

L’enfant et la boutargue
L’Harmattan 169 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "On ne fait pas de brick sans casser des oeufs"

Cet ouvrage raconte dans quelles conditions, après la crise de Bizerte (à l’été 1961), commencèrent les flux d’immigration des juifs tunisiens. Ceux-ci, après un rythme régulier, s’accélérèrent après 1967 (du fait de la Guerre des six jours), si bien qu’au milieu des années 1970 la communauté israélite en Tunisie était devenue fort réduite, on peut l’estimer alors au nombre de 2 500 et aujourd’hui à près de 1 500 (principalement à Tunis ou autour et à Djerba). Yves Taïeb  évalue 120 000 le nombre de juifs (mais faut-il préciser de 1945 à aujourd’hui) qui quittèrent soit pour Israël (voir la fin de la vidéo http://www.dailymotion.com/video/xi94rn_une-chanson-pour-la-tunisie-fait-un-tabac-en-israel-tele-palestinienne_news) soit pour la France, une terre qui était parfois ancestrale pour certains (à l’exception des Livournais venus au XVIIe siècle).

Ce récit est d’ailleurs un peu plus l’histoire de l’intégration individuelle en France d’un garçon arrivé à quinze ans pour l’été 1964 (pour être scolarisé au lycée Voltaire à Paris) que celle de la vie quotidienne dans les premières années de l'indépendance de la Tunisie. Dans la mesure où le narrateur avait scolarisé, comme tous les enfants juifs, dans le système scolaire des écoles français à l’étranger, l’adaptation lycéenne ne fut guère difficile. Yves Taïeb  raconte aussi ses études de médecine, l’exercice de sa profession et le devenir en France de ses parents ou frères et sœurs.

Pour tous publics

Adam Craponne

Note globale :

Par - 634 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La Tunisie .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :