Les Harlem hellfighters, de Max Brooks et Caanan White : avis et résumé critique de Xirong


Ecrire un avis

Les Harlem hellfighters

Les Harlem hellfighters
Pierre de Taillac 261 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "En musique la blanche vaut deux noires et l’armée américaine pensait aussi qu’au front un blanc valait deux noirs"

Les éditions Pierre de Taillac proposent là une BD dont la sortie en version originale aux USA date de 2014. Max Brooks déclare dans des pages de texte qu'il a été fasciné, depuis sa prime jeunesse, par le régiment d'infanterie afro-américain connu sous le nom de "Harlem Hellfighters". On pourra aller visister le musée de l'amitié franco-américaine de Blérancourt (en Picardie) qui réouvrira au début de l'été 2017 pour voir si ce sujet est traité.

Les Américains mobilisent près de 370 000 afro-américains, dans des régiments évidemment exclusivement noirs, durant la Première Guerre mondiale mais moins d’un tiers arrivent en France. Refusant de leur faire confiance pour une tenue sérieuse au feu, ils sont condamnés à des tâches subalternes sans être engagés dans les combats. Toutefois l’armée française qui a subi des hécatombes successives va incorporer en son sein quelques unités américaines dont  le 369° régiment d’infanterie pour les envoyer sur le front.

On propose là le récit de leurs combats. Les conditions de leur engagement les amèneront à découvrir une société sans ségrégation officielle et voir qu’ils sont aussi bien (ou aussi mal) considérés par les officiers et sous-officiers français les encadrant en grande partie que les poilus de l’hexagone. Par ailleurs, ils sont pour beaucoup dans l’introduction du jazz en France.

Le desinateur ne met pas en scène seulement des combats, dont il sait traduire avec habileté, une grande partie de l’extrême violence, il évoque plus ou moins longuement mais toujours de façon claire et piquante plusieurs points. Ainsi toute la page 27 nous rappelle que les anciennes Antilles danoises deviennent américaines en 1917 ; il s’agit des Îles Vierges. Il montre à quel point, face en particulier au feu intensif des mitrailleuses, on ne gagne plus une bataille par courage mais que c’est l’armée qui a produit le plus de gros armement de façon industrielle qui part avec l’avantage (pages 108-109). Par ailleurs le cas des obusés (soldats ayant reçu un choc psychologique) est développé page 111.

Cette BD en noir et blanc est une véritable  merveilleuse découverte tant au niveau du graphisme (dû à Caanan White) que du sujet traité.   

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 340 avis déposés - lecteur régulier

541 critiques
25/06/17
Le 26 juin 1917, les troupes américaines débarquaient en France dans le cadre de la Première Guerre mondiale.

http://www.francetvinfo.fr/sciences/histoire/histoire-le-debarquement-de-1917-fete-ses-100-ans_2252937.html
282 critiques
22/01/18
1917-1918 Les soldats noirs au combat, article d'Olivier LAHAIE dans "Inflexions", n°21, 2012.
282 critiques
16/05/18
La première guerre mondiale dans les Antilles
https://calenda.org/439412?utm_source=lettre
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :