Ecrire un avis

Clemenceau ... tout simplement

Clemenceau ... tout simplement
L'Étrave144 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Les cimetières sont plein de gens irremplaçables"

On devrait, au lieu de compter les moutons avant s’endormir, vivre avec son temps et compter sur le site de la BNF les ouvrages consacrés à Clemenceau, on peut (en excluant évidemment les ouvrages qui sont de sa plume) atteindre les environs de 350. Les années 2013 et 2014 ont vu fleurir les ouvrages sur Clemenceau. Certains n’apportent strictement rien à l’ouvrage de référence de Jean-Baptiste Duroselle intitulé "Clemenceau" et paru chez Fayard. Un bon exemple de ces livres de compilateur hagiographe et mauvais vulgarisateur (car désirant faire passer ses propres idées à travers la vie de Clemenceau et reprenant des anecdotes qu’un historien juge spontanément plus que douteuses) est sans conteste "Clemenceau au fil des jours" de Christophe Soulard (originaire de Mauléon, capitale de la Vendée militaire). Nous désespérions de voir venir, d’auteurs de l’hexagone et plus particulièrement de la région dite de la Vendée militaire (qui est globalement plus large que la Vendée départementale puisqu’à cheval sur quatre départements), porteuse d’une idéologie qui a fait a contrario Clemenceau, un livre intéressant sur Clemenceau. Il est né le divin enfant et il s’appelle "Clemenceau … tout simplement", son auteur est Claude Mercier. L’originalité tient à l’iconographie offerte, essentiellement des photographies et quelques caricatures qui d’ailleurs sont très souvent différentes de celles très nombreuses proposées dans "Clemenceau croqué" de Musée national Clemenceau-de Lattre (de Mouilleron-en-Pareds) chez Geste éditions. Certes l’auteur n’est pas vraiment au courant de l’histoire de la gauche française de 1871 à 1920 et cela entraîne quelques simplifications. L'auteur ne rate pas une méchanceté sur Briand, dont celle que ce dernier devait beaucoup dans sa carrière politique à Clemenceau (ce serait plutôt à Jaurès et encore en modérant le propos) sauf la seule prouvée (à savoir le torpillage de sa candidature à la présidence en 1920 avec les voix catholiques et socialistes réunies pour une fois). On attend avidement l’ouvrage de Christophe Bellon sur le rôle de Briand durant la Grande Guerre car ici comme dans d’autres ouvrages, ses actions seraient à préciser, en particulier celles qui auraient visé à préparer une paix blanche. Est plus grave historiquement de laisser croire que Mandel ne reçut des quolibets antisémites que de la gauche (page 60) alors que l’ouvrage de Bertrand Favreau "Georges Mandel ou la passion de la République" montre bien que les républicains modérés ne l’épargnèrent pas (que dire de l’Action française). Son échec en 1924 est dû au fait, qu’au scrutin de liste avec indications préférentielles, près de 10% de ceux qui ont voté pour un abbé (tête de liste) refusent de soutenir Mandel (second de liste). Pour en revenir aux qualités de l’ouvrage de Claude Mercier : le contenu des textes est clair et l’iconographie est le fruit d’une collection personnelle qu’on se réjouit de voir mise à disposition du plus grand nombre par le biais de cet ouvrage. La présentation est chronologique et l’auteur réussit toujours en généralement une page, composée environ pour un tiers par l’illustration et deux tiers par le texte à bien expliquer un moment de la vie ou de l’action politique du Tigre. Pour un centre de documentation de l’enseignement secondaire, voilà l’ouvrage idéal à la fois pour l’élève et pour le professeur. Ce dernier pourra choisir quelques documents iconographiques à faire commenter comme page 63 où on voit, au sujet de la crise viticole, Clemenceau boire du vinaigre. En complément à cet ouvrage de Claude Mercier, on peut lire d’Éric Deschodt "Pour Clemenceau". Au sujet de son action spécifiquement durant la Grande Guerre, on se reportera à "Georges Clemenceau… dans la peau d’un tigre" de Pierre Tré-Hardy chez Triartis qui reprend l’essentiel (tout en y rajoutant des extraits de courriers personnels) du titre "Articles et discours de guerre (1914-1918) Georges Clemenceau" chez Pierre de Taillac ainsi qu’à "Clemenceau au Front (1914-1918)" toujours chez Pierre de Taillac. Alors que 20% de cet ouvrage traite de la Première Guerre mondiale, je dois faire un choix et classer ce livre dans cette catégorie, bien entendu ce livre montre un Clemenceau appartenant pleinement à l’histoire du XIXe siècle et un peu aussi à l’Entre-deux-guerres.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations Plan chronologique

Adam Craponne

Note globale :

Par - 456 avis déposés - lecteur régulier

456 critiques
30/11/14
456 critiques
23/08/15
En septembre 1920, l’industriel choletais Georges Turpault accompagne Georges Clemenceau, en Inde. Contrairement à bien d'autres familles du textile choletais aux sympathies royalistes et catholiques, la famille Turpault est républicaine, il est bon de le préciser.

http://www.ouest-france.fr/ils-sont-passes-par-cholet-clemenceau-et-turpault-chassent-le-tigre-3627504
234 critiques
18/10/15
Pour avoir offert sa collection relative à Georges Clemenceau au musée qui lui est consacré à Paris, le Neuchâtelois Jean-Claude Gertsch a été fait Chevalier de l'ordre des arts et des lettres.

http://www.arcinfo.ch/articles/regions/neuchatel-et-littoral/un-neuchatelois-passionne-de-clemenceau-fait-chevalier-des-arts-et-des-lettres-447651
234 critiques
24/02/16
Le 19 février 1919, l'anarchiste Émile Cottin fait feu sur Clemenceau
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/il-y-a-97-ans-l-attentat-rate-contre-clemenceau-7781958341
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur Clemenceau .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :