Ecrire un avis

La Chine sur la scène française au XIXe siècle

La Chine sur la scène française au XIXe siècle
PUR212 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Entourée de nuages, la lune se met bien mieux en relief (proverbe chinois)"

Voilà  un sujet qui vient explorer l’imaginaire des Occidentaux lié à la Chine dans un domaine très peu exploré, à savoir le théâtre. Dans la préface Yvan Daniel rappelle que déjà Voltaire fit jouer en 1755 "L’Orphelin de la Chine", une pièce inspirée de "L'Orphelin de la famille Zhao" de Ji Junxiang (qui vivait au XIIIe siècle) dont la traduction, parue en 1735, est due au père de Prémare. Dans son introduction, Shih-Lung Lo avance que le premier spectacle à inscrire en France aux racines du répertoire qui nous intéresse est Les Chinois, une pièce jouée par les Comédiens-Italiens en 1692.

Ici l’auteur donne une version allégée de sa thèse qui couvrait la période  1789-1905 et se limite à la période qui démarre avec la fin de la Première Guerre de l’opium (à savoir 1842) et court jusqu’en 1900. Il s’agit donc de la période de la fin de la dynastie mandchoue ou la Chine subit ce qu’elle appelle "les traités inégaux", c’est-à-dire celle où le pays est considérée comme une semi-colonie et donc globalement les moments où elle est le moins admirée pour sa civilisation et son administration. La France entre même en conflit avec l’Empire du milieu puisque sous le Second Empire, au cours de la Seconde Guerre de l’Opium (1856-1860), le  Palais d'été à Pékin fut totalement détruit et pillé par les Anglais et les Français (des fruits de cette rapine sont visibles au musée du Second Empire de Compiègne).  Par ailleurs dans d’autres circonstances, elle arracha à la Chine son protectorat sur le Tonkin et diverses concessions à bail (dont une partie de Shanghai et le territoire de Fort Bayard). L’univers vietnamien alimentera d’ailleurs beaucoup l’imaginaire chinois dans les vingt dernières années du XIXe siècle. La fin de la période étudiée est celle où naît l’idée d’un péril jaune, même si l’idée prend une grande ampleur après 1905 lorsque l’on voit les Japonais battre les Russes.   

On peut classer les œuvres répondant au sujet en trois catégories : les pièces de thème chinois, les œuvres traduites ou adaptées du chinois et les spectacles donnés par les Chinois. L’auteur dégage les éléments chinois et orientaux récurrents, et pointe la révision de certains sous l’influence de la sinologie. On a l’impression que, pour les auteurs français du théâtre, la Chine est un territoire exotique devenu familier. L’ouvrage est composé de trois chapitres : "Ouverture : recadrer l’image de la Chine (1842-1860)", "Confrontation : pérégrinations en territoire chinois (1861-1880)", "Confrontations : pérégrinations en territoire chinois (1861-1880)", ""Perplexité : à la recherche d’une Chine perdue (1881-1900)".  

De la conclusion qui suit ces trois parties, on retiendra :

« La Chine sur la scène du XIXe siècle se distingue nettement des spectacles chinois créés auparavant, grâce au développement de la sinologie d’une part et recours à l’actualité d’autre part » (page 187)

En annexe un tableau historique couvre la période 1838 à 1900, il pointe les évènements politiques et littéraires en Europe et en Chine en rapport avec le sujet, une colonne particulière indique pour chaque année les créations théâtrales en France qui nous intéressent. Leur nombre total approche les 400 et elles apparaissent également dans un précieux index qui renvoie aux pages où elles sont évoquées. Une soixantaine d’illustrations, pour moitié en couleurs, viennent apporter des informations supplémentaires. La Chiang Ching-kuo Fondation, du nom du président de la République de Chine en résidence à Taipei sur l’île de Taiwan, fils de Tchang Kaï-chek, a soutenu financièrement cette parution.

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 298 avis déposés - lecteur régulier

416 critiques
28/05/18
Les jardins chinois en Europe à l'époque des Lumières. Jeudi 14 juin 2018 à 19:00
Salon littéraire au Centre culturel de Chine à Paris.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :