Ecrire un avis

À l’école de Rossignol: l’intégrale des cartes de notre enfance

À l’école de Rossignol: l’intégrale des cartes de notre enfance
Métive 575 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Un ouvrage à offrir au ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer"

Ce dernier y retrouvera tout d’abord une pédagogie par l’image qu’il défend puisqu’il déclarait récemment  que «la BD établit des passerelles entre différentes cultures et modes d’expression. Elle éveille la conscience et la perception chez les jeunes». Par ailleurs, il y apprendra que ce n’est surtout pas à coup de dictées (c’est un exercice d’évaluation et pas d’apprentissage) que l’on enseigne l’orthographe :

« Pour l’orthographe et la grammaire, tous les matins André enseignait une seule règle simple de dix minutes, pas plus, suivie de quelques exercices d’application de cette règle. Aucune dictée tout au long de l’année ! Les exercices de dictée débutaient seulement trois semaines avant l’exercice du certif ; alors, André dictait des textes aux élèves afin qu’ils s’habituent à la diction » (page 9).

Philippe Rossignol, fils du couple, et Laurence Bulle nous évoquent tant la pédagogie au quotidien d’André et Madeleine Rossignol que les outils pédagogiques divers qu’ils commercialisèrent. Les plus connus étaient les tableaux didactiques et ceux-ci nous sont présentés. Il y a aussi des productions par exemple de manuels de lecture (Poucet et son ami d’Henri Géron, directeur de l’École normale de garçons de Parthenay et par ailleurs cousin de l’épouse Rossignol) ou de géographie dont un sous le crayon de Ray-Lambert qui avait dans les années 1930 donné des images pour illustrer les romans scolaires et livres de contes du poitevin Ernest Pérochon.

On aurait toutefois aimé que pour tous les tableaux, dont on est sûr de l’auteur, celui-ci fut mentionné. Certes les fans de Ray-Lambert pourront en identifier certains de sa main, mais ce ne sera pas le cas pour la majorité des lecteurs de cet ouvrage. On a en effet les noms des illustrateurs mais ils sont livrés en bloc :

« Pour les cartes comme pour les tableaux muraux, André Rossignol s’entoure des meilleurs dessinateurs de l’époque comme Henri Mercier, François Garnier, Raymond Lambert qui signe sous le pseudonyme Raylambert, Pierre Joubert ainsi que Demouy, Dallet, Demaunay, Bourdin, Robuchon… » (page 18).

Se succèdent les iconographies ayant trait à l’histoire, la géographie, le vocabulaire et les sciences. Les commentaires pédagogiques accompagnant chaque document sont reproduits, si bien que l’ensemble non seulement sera apprécié par la génération née dans les années 1940 à 1960 mais constitue un excellent livre de culture générale pour un enfant scolarisé de nos jours au cours moyen. On ne trouvera pas par exemple le tableau du Débarquement en Normandie de juin 1944, ni  celui des Alsaciens fuyant en 1871 vers Belfort pour rester français, c'est MDI qui les commercialisa.

Les habitants d’outre-quiévrain trouveront dix-sept cartes géographiques concernant la Belgique et six de l’ensemble du Congo belge, du Rwanda et du Burundi mais regretteront leur taille quelque peu réduite par rapport à celles concernant une région française. On a par contre là selon les cas une dimension de géographie physique, administrative ou économique alors que pour la France ce dernier type de cartes n’a pas été produit par Rossignol mais par MDI. Il est vrai qu’en les regardant aujourd’hui cela aurait mis le cafard à beaucoup, les productions industrielles et artisanales qui étaient alors mentionnées ont aujourd’hui quasiment disparu. D’autre part pages 71, 88, 95,113, 124, 129, 137, 156 et 159 on peut suivre sur les cartes l’évolution politique des Pays-Bas méridionaux de Charles le Téméraire jusqu’à la Seconde Guerre mondiale sur un espace allant des Pyrénées à la Frise.       

Si l’ouvrage, qui compte 595 cartes ou tableaux, paraît chez Métive, qui avec Geste ne forment qu’une seule et même maison d’édition centrée sur la culture poitevine et charentaise, c’est que le compte Rossignol enseigna dans le sud-est du département de la Vienne.  Le rayonnement des cartes ou tableaux Rossignol, c’est la période des Trente glorieuses avec jusqu’en 1964 une seule chaîne de télévision et un abrutissement par la publicité qui ne démarre que quatre ans plus tard.   

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Zaynab

Note globale :

Par - 431 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur L'éducation .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :