Ecrire un avis

Points chauds de la Guerre froide (1946-1989)

Points chauds de la Guerre froide (1946-1989)
L’Archipel359 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "10 novembre 1989: la chute du Mur de Berlin annonce la fin de la Guerre froide"

Pierre Rigoulot, né à Paris le 12 février 1944, est un essayiste, historien et politologue français. Maoïste dans ses vertes années, il est devenu par la suite un spécialiste de l'histoire du mouvement communiste. Il se fait l’avocat d’un refus de l'antiaméricanisme et de l'antisionisme. Ce qui explique, en ne rappelant d’ailleurs pas que le général nord-vietnamien Ven Tien Dung planifia l'offensive du printemps de 1975 aboutissant à la chute du régime sud-vietnamien, quelques dérapages dans certaines explications comme :

« De nouvelles infiltrations venues du Nord remirent d’aplomb la dizaine de divisions de Hanoï qui se trouvaient au Sud. Au début de 1975, ces troupes étaient à 160 kilomètres de la capitale sud-vietnamienne.  Mais elles avaient un allié de taille : le Congrès américain qui refusait toute aide supplémentaire à Thieu. Dans ces conditions, Ven Tien Dung réussit à couper le Sud-Vietnam en deux. Après avoir assuré sa maîtrise de la partie la plus proche du 17e parallèle, il se retourna vers Saigon qu’il investit le 30 avril 1975 » (page 291).

Alors qu' on ne peut ignorer que le Parti communiste des États-Unis d'Amérique (qui ne s’appelle pas le Parti communiste américain) a toujours été des années 1930 à la fin des années 1970 composé essentiellement d’infiltrés du FBI et qu’évidemment, à part les Rosenberg qui agirent par idéologie, l’espionnage russe eut la prudence de s’adresser à des personnalités non membres du  CPUSA, on est surpris de lire :

« Même si McCarthy fut un démagogue peu instruit lui-même sur le communisme qu’il combattait et sur l’espionnage, même s’il se trompa dans un certain nombre de cas particuliers, il avait raison sur l’essentiel : l’espionnage soviétique avait réussi à percer une brèche dans le système de sécurité américain, grâce notamment à une collaboration étroite avec le Parti communiste américain » (page 151).    

On apprécie que soient mis en exergue des faits méconnus comme pour le cas de la création et du rôle du Congrès pour la liberté et la culture « offrant une plate-forme d’action permanente pour contrer les efforts de l’URSS en direction des intellectuels occidentaux et libérer la parole comme l’écrit, là où elle était entravée : si l’objectif était bien de défendre partout la liberté d’opinion et la culture libre, alors le monde occidental avait beaucoup à faire, à l’Est certes, mais aussi le Sud et partout où elles étaient menacées (page 124).

Se succèdent les chapitres suivants : Prélude (1944-1946), Et Berlin fut sauvé, Un pacte avec le diable outre-Atlantique (sur le plan Marshall), Haro sur le traître (autour de l’ouvrage de Victor Kravchenko), Staline fait la bombe en cachette, Un nouvel axe de la Guerre froide (naissance de la Chine populaire), Les 70 ans de l’homme qu’ils aimaient le plus (Staline), , Le Blitzkrieg de Staline en Corée, Un congrès pour la Liberté, David Rousset vs Les lettres françaises, Espionnage et maccarthysme, La palme de l’ignominie (mort de Staline), Des travailleurs, pas des esclaves (Berlin-est 1953), Dans la souricière de Mao et de Hô (Diên Biên Phu), Un sacré rapport secret (le rapport Khrouchtchev), Les flammes de Budapest (Révolte hongroise de 1956), Un mur à Berlin, Nikita, Mariquita, lo que se da no se quita (La crise des missiles à Cuba), Alexandre, Leondi, Fidel et les autres (la crise tchécoslovaque en 1968), Les chars du nord entrent à Saigon, Carlota est en avance à son rendez-vous (l’Angola en 1975), Une belle table ronde (la Pologne des années 1980), Les Trabant passe-murailles (changements dans les pays de l’Europe de l’est à la fin des années 1980), La Guerre froide est morte, vive la Guerre froide ?          

L’avertissement propose un paragraphe qui pourrait servir de conclusion : « Ce livre, hommage à tous ceux qui ont été insultés et salis pour avoir résisté aux monstres froids qui étouffaient la liberté de critique de leur peuple et voulaient étouffer la nôtre, se veut solidaire de ceux qui pensent que la menace est encore vivante sous d’autres noms. Ce livre, à la gloire des combattants antitotalitaires d’hier, vise aussi à encourager les combattants antitotalitaires d’aujourd’hui » (page 9).

Pour tous publics Aucune illustration

Alexandre

Note globale :

Par - 371 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :