Ecrire un avis

Les Maîtres de l’orge, 3 Adrien

Les Maîtres de l’orge, 3 Adrien
Glénat
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Magrit avait une belle collection de sucres d’orge"

Ce volume échapperait facilement à la connaissance de ceux qui chercherait des BD historiques autour de la Grande Guerre parce qu’il s’agit d’un tome d’une série célèbre où il a un rôle de transition entre deux tomes où se joue à chaque fois un drame capital. Il s’agit d’Adrien troisième volume de la série "Les Maîtres de l’orge", l’action est au départ en compagnie d’Adrien dans le réduit belge. Toutefois fait prisonnier un hasard malencontreux va lui apprendre que sa mère bavaroise était une courtisane et le lecteur comprend qu’en fait l’argent de Magrit sa mère, ayant servi au père belge d’Adrien pour des investissements dans la brasserie, avait des origines galantes. Par cet aspect, on peut aussi approcher l’importance des relations économiques entre Belgique et Allemagne avant 1914 ; elles étaient bien supérieures à ce qu’était les échanges commerciaux entre la France et la Belgique.
Magrit restée en zone occupée doit se compromettre pour pouvoir continuer à produire sa bière (en évitant parmi d’autres choses la confiscation de ses cuves en cuivre) tout en protégeant un réseau de résistants belges dirigé par son contremaître. Aussi bien pendant l’Occupation que dans les jours qui suivent l’armistice elle connaît diverses humiliations. Le scénariste bruxellois Jean Van Hamme (qui a créé Largo Winch) sait ici également traduire l’inquiétude d’une mère qui a son fils dans les tranchées, le style hyperréaliste du dessinateur lozérien Vallès fait de cette série un véritable documentaire sur l’univers de la bière du milieu du XIXe à la fin du XXe siècle. Cette BD ne manque pas de qualités pour rappeler qu’avec la Grande Guerre la mobilisation de toutes les forces des belligérants entraînent d’énormes souffrances chez les civils.
Une adaptation télévisuelle, qui transpose le récit en France dans le département des Ardennes, a été réalisée par France 2 sous le titre des "Steenfort, maîtres de l’orge" en 1996 et "Le destin des Steenfort" en 1999. Un article de Claire Blandin intitulé “Les maîtres de l’orge: une saga de l’écrit à l’écran“ est paru dans "Le Temps des médias" n°14 au printemps 2010, il montre en particulier comment la pellicule a affadi la dimension sociale de cette histoire.

Alexandre

Note globale :

Par - 340 avis déposés - lecteur régulier

408 critiques
20/02/15
"SHOCK ! 1914..." exposition du 11.09.2014 au 07.03.2015 à la Bibliothèque royale de Bruxelles

1914 : invasion, massacres, villes en ruines…
Comment la population a-t-elle vécu ces chocs il y a 100 ans ? Comment les Belges ont-ils été informés de ces événements ? Comment l'info était-elle traitée à l'époque ?
Affiches, journaux, communiqués officiels, cartes postales, en 1914 l’information circulait d’une manière bien différente d’aujourd’hui.
Avec l’exposition Shock ! 1914… Et si la guerre commençait demain ?, les Archives générales du Royaume, le CEGES et la Bibliothèque royale exploitent leurs collections pour raconter les traumatismes vécus par la population durant les premiers jours de cette terrible guerre, à l’été et à l’automne 1914.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :