Ecrire un avis

La Première Guerre mondiale d’Hitler

La Première Guerre mondiale d’Hitler
Perrin519 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "La Première Guerre mondiale d’Hitler : histoire d’un embusqué à l’état-major"

L’ouvrage de Ron Rosenbaum Pourquoi Hitler ? enquête sur l’origine du mal (paru en 1998 sous le titre original d’Explaining Hitler) ne nous apprenait rien de nouveau (se contentant de réunir ce que d’autres avaient déjà avancé dont le côtoiement sur les bancs de la Realshule de Linz d’Adolf Hitler et du futur philosophe Ludwig Wittgenstein) et ne proposait aucune synthèse qui puisse expliquer comment Hitler pouvait être mu par une rage meurtrière non seulement contre les juifs mais également à l’adresse des populations de tous les pays (y compris les Allemands) qu’il désirait replonger dans un nouveau conflit qui, pour lui, n’était que la reprise des hostilités arrêtées temporairement au 11 novembre 1918. Il est vrai que la seule partie de la vie d’Hitler (avant qu’il ne fût chancelier), que Ron Rosenbaum n’abordait pas (faute d’un quelconque travail de recherche historique de sa part), était celle qui couvrait la participation à la Grande Guerre du personnage. Outre de nous décrire le parcours de soldat (plutôt que de combattant comme on le verra) à partir des archives militaires, de témoignages écrits de camarades du régiment bavarois en question et du courrier d’Hitler vers certaines personnes de l’arrière, La Première Guerre mondiale d’Hitler (paru en version originale en 2010 sous le titre d’Hitler’s First war) nous fait vivre l’univers de l’ensemble des hommes de son régiment durant la totalité du conflit. Si les milieux universitaires ont depuis assez longtemps rectifié l’attribution du grade de caporal à Hitler pour celui de soldat de première classe, aucun ouvrage n’avait décrit avant celui de Thomas Weber (professeur à l’université d’Aberdeen) aussi précisément l’univers d’estafette de régiment que fut celui d’Hitler. Le futur chancelier allemand ne connaît pas vraiment le feu et le 5 octobre 1916 ainsi que le 14 octobre 1918 les assauts britanniques en rapprochant le front du quartier général régimentaire, ce sont un obus de l’artillerie lourde et une diffusion de gaz qui arrivent bien au-delà du front pour blesser à la cuisse et légèrement gazer Hitler. Dans les tranchées il n’a jamais passé un jour entier durant tout le conflit. Son poste d’estafette auprès de l’état-major du régiment n’est pas à confondre avec ceux d’estafette d’une compagnie ou d’un bataillon ; si les seconds portent des messages à travers les tranchées et éventuellement le champ de bataille, le premier est logé dans un bâtiment réquisitionné à l’arrière immédiat du front et il sert d’ordonnance aux officiers supérieurs. Rappelons que le terme français d’“embusqué“, qui se traduisait en allemand par l’idée de “celui qui tient sa position“, désignait celui qui avait une place à l’arrière ou dans la zone des armées où il ne risquait pas sa vie et ne connaissait pas l’univers des tranchées. Les raisons pour lesquelles Hitler reçoit tout d’abord la croix de guerre de deuxième puis de première classe sont dues essentiellement à cette proximité vis-à-vis de ceux qui la proposaient au commandement en chef des armées.

L’auteur insiste sur le fait qu’Hitler a menti lorsqu’il a écrit dans Mein Kampf que lors de la Première Guerre mondiale il se forge son idéologie au contact de ses camarades de combat. Si nous suivons Thomas Weber sur cette idée que ce n’est pas auprès des non gradés de son régiment qu’il a pu trouver les prémisses de ses théories, nous compléterons en avançant que c’est à notre avis au contact des officiers supérieurs qu’il intègre des éléments qui vont nourrir sa vision héroïque de la guerre (un conflit permettant de se surpasser et de vivre dans une société utopique) et sa certitude que l’armée allemande a gagné sur le terrain des combats (l’arrière ayant pratiqué certaines formes de trahison). Il est même possible que, malgré le fait qu’il doive l’attribution de sa croix de fer de première classe à un officier juif converti au christianisme, Hitler ait acquis au milieu des officiers supérieurs les bases de son antisémitisme. Nous pensons que le fait que Kurt Eisner le leader de la révolution bavaroise soit d’origine juive, qu’il ait animé des grèves dans les usines d’armement de Munich durant la Grande Guerre et organisé des manifestations pacifistes ne peut que conforter Hitler dans l’idée que le Coup de poignard dans le dos (des civils de l’arrière) est bien le fait de juifs ; le livre en voulant ne se tenir qu’aux témoignages (même si c’est pour les réfuter) fait l’impasse sur l’explication des origines de l’antisémitisme d’Hitler. Si les ouvriers français du XIXe siècle détestent les juifs c’est parce qu’ils associent à ceux-ci la figure de Rothschild. Ne peut-on imaginer que pour Hitler tout juif est un Kurt Eisner en puissance (d’autant qu’Hitler a rencontré ce personnage) ? Si nous n’avions une autre critique à faire à cet ouvrage ce serait qu’il dédouane a priori les officiers monarchistes et la très grande majorité des membres des corps francs de rejet des valeurs démocratiques tout en valorisant des non-adhésions ultérieures au nazisme de certains des personnages qui fréquentèrent Hitler. Ceci permet à l’auteur de conclure qu’ils n’influencèrent en rien ce dernier. L’idéologie nationale-socialiste est un patchwork et ce n’est pas parce que ce patchwork a pu hérisser d’anciennes connaissances cultivées d’Adolf Hitler qu’ils n’ont pu contribuer à leur insu dans la construction par ce dernier de cette idéologie. Il y a une idée généralement admise aujourd’hui (et qui n’est pas développée ici) selon laquelle qu’en déclenchant la Seconde Guerre mondiale Hitler ne fait dans son esprit que mettre fin à l’armistice du 11 novembre 1918, d’ailleurs Bernados dans son journal (paru sous le titre Les Enfants humiliés) notait juste après l’Exode de 1940 : « Le maître de l’Allemagne est en réalité son esclave : il est, jusque dans l’amertume d’un triomphe jamais à ses haines, enchaîné à l’Allemagne de 1918, à la défaite et au déshonneur de son pays (…). Il tient Foch à la gorge, il aplatit entre deux bibles le visage ecclésiastique de M. Woodrow Wilson, il écrase sur la face camuse de Clemenceau sa botte de caporal où la boue des Éparges n’a pas eu le temps de sécher ».

Si cet ouvrage se contentait seulement de nous faire connaître cette partie de la vie d’Hitler (élargie à la période d’agitation révolutionnaire qui couvre la fin de l’année 1918 ainsi que le début de 1919) et les conséquences qu’elles purent avoir sur sa conduite de la Seconde Guerre mondiale, il serait déjà bien utile. Toutefois La Première Guerre mondiale d’Hitler permet également de connaître l’évolution de l’état d’esprit des soldats, sous-officiers et officiers d’un régiment bavarois sur le front occidental (peur des francs-tireurs, trêves de Noël en 1914 et 1915, tentatives de désertion, rivalités provinciales …) et de leurs rapports avec la population civile belge. D’autres points intéressants sont développés comme la place des juifs dans l’armée allemande (pour trouver des points de comparaison, on se plongera dans Les Juifs de France et la Grande Guerre de Philippe-E. Landau) et les spécificités dues à la dimension très largement catholique et rurale du régiment dans lequel sert Hitler durant tout le conflit. S’il n’y avait qu’un seul livre à lire sur toutes les publications de 2012 qui portent sur la Grande Guerre, ce serait très vraisemblablement La Première Guerre mondiale d’Hitler. Le succès de ce titre pourrait peut-être inciter à la traduction d’un ouvrage Our Friend “the ennemy“ du même auteur qui traite de la formation universitaire des élites allemandes et anglaises à la Belle Époque.

Octave

Note globale :

Par - 451 avis déposés - lecteur régulier

381 critiques
21/03/15
Fraternisations entre Allemands et Canadiens racontées autour de la page 216
700 critiques
07/02/16
Rééditer "Mein Kampf"? Conférence le 22 mars 2016 à 18 heures au CERCIL à Orléans
http://www.cercil.fr/
288 critiques
22/02/16
"Le nazisme : de l'idéologie aux actes" Cycle de conférences 22, 29 février et 14, 21 mars 2016 à 19h30 au Mémorial des Déportés de la Mayenne 23 rue Ambroise de Loré 53100 MAYENNE 02 43 08 87 35
apmd53@yahoo.fr
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :