Ecrire un avis

Les Secrets de la Grande Guerre

Les Secrets de la Grande Guerre
Vuibert332 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Les secrets de la Grande Guerre de Rémy Porte"

Au titre Les Secrets de la Grande Guerre, vu le contenu de l’ouvrage il aurait peut-être préférable de choisir Retour sur quelques points insolites de la Grande Guerre.

Rémy Porte a dirigé deux ouvrages de synthèse le Dictionnaire de la Grande Guerre et Chronologie commentée de la Grande Guerre, il travaille ici aussi non sur les archives mais autour de témoignages de combattants de l’époque parus dans les années 1920 et 1930 et des études sortis entre 1990 et 2010. Aussi cet ouvrage ne donne aucun nouvel éclaircissement sur un des points abordés qui ne soient déjà connus par les historiens spécialistes ou les lecteurs passionnés par cette période. Par contre il est fort utile à destination du grand public car il est abordable avec sa volonté de replacer l’évènement évoqué dans son contexte, également parce qu’il revient sur les idées sur certains faits et aussi parce qu’il évoque des aventures méconnues souvent exotiques.

Trois ou quatre chapitres sont consacrés à évoquer des évènements singuliers d’une année précise de 1914 à 1918 ; ainsi pour l’année 1914 les points saillants choisis sont : le pantalon rouge, le premier mort français (le caporal Peugeot tué la vielle de la déclaration de guerre), les généraux limogés et les taxis de la Marne. On peut regretter que parfois le sujet ne soit pas assez creusé, cela aurait permis de corriger la légende véhiculée et reprise à la fois par Wikipedia en français (mais pas en allemand) et par le président Sarkozy que l’officier Camille Mayer, qui tue à Joncherey (dans le Territoire de Belfort) le caporal Peugeot, était alsacien ; en fait Albert (et non Camille) Mayer venait de Saxe-Anhalt et le caporal Peugeot était un instituteur originaire du Pays de Montbéliard sorti depuis peu de l’école normale de Besançon.

Par ailleurs il est regrettable de citer le nom du Pouget trompette au 12e régiment de chasseurs à cheval comme très vraisemblablement le premier mort français après la déclaration de guerre le 3 août sans dire qu’il se prénommait Fortuné, qu’il était né le 2 mai 1913 à Paris dans le 17e arrondissement et est tombé à Vittonville en Meurthe-et-Moselle soit à l’autre bout de la frontière franco-allemande par rapport au lieu où est mort le caporal Peugeot.

Pour l’année 1917 les points abordés sont : l’offensive Nivelle, la débâcle italienne de Caporetto et la guerre sous-marine menée par les Allemands (avec le torpillage du Lusitania). Au sujet de l’offensive Nivelle le contenu ici rejoint bien souvent celui de Nivelle : l’inconnu du Chemin des Dames paru chez Imago en 2012 sous la plume de Denis Rolland. Toutefois Denis Rolland n’aurait pas repris comme Rémy Porte une affirmation venant de Georges Gaudy comme quoi certains soldats, sous-officiers ou officiers auraient refusé de partir en permission pour pouvoir participer à ce qu’ils imaginaient aller être, avec l’offensive Nivelle, le dernier round de la Grande Guerre. Georges Gaudy fut rédacteur à L’Action française puis à Aspects de la France et on peut douter de nombre de ses affirmations dans beaucoup de ses écrits.

Pour les autres années les focalisations les plus originales sont celles qui vont vers le parcours d’une division belge d’autos-mitrailleuses en Russie tzariste puis révolutionnaire et vers la guérilla menée d’août 1914 à la mi-novembre 1918 par le général Lettow-Vorbeck avec une grande majorité d’indigènes en Afrique-orientale contre les forces anglaises et portugaises.

Octave

Note globale :

Par - 394 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Du même auteur :
> Dans la catégorie Grande guerre :