Ecrire un avis

1914 La grande illusion

1914 La grande illusion
Perrin 477 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "C’est se préparer à de cruelles désillusions que de se figurer que l’armée allemande n’est qu’un ramassis de poltrons"

Nous avons là, dans la collection Tempus, la réédition d’un ouvrage sorti en 2012 dans une collection plus luxueuse.  L’auteur s’attache tout d’abord à bien montrer la pression des militaires allemands pour déclencher une guerre préventive portée particulièrement par Moltke (page 30) et décrit la subtilité du jeu diplomatique allemand (page 74) avec toutefois un seul défaut à savoir la prévision d’une porte de sortie au cas où la machine s’emballe (page 82). C’est sur l’ordre du kaiser, qui pense que la guerre doit se faire « maintenant ou jamais », que l’ambassadeur allemand à Vienne cesse de modérer les réactions à venir de la double-monarchie pour adopter un ton belliciste.  

Le climat de l’opinion publique et les opinions dans  la presse locale et nationale de plusieurs pays du moment où est perpétré l’attentat à Sarajevo jusqu’à la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France est bien décrit. On retiendra le lumineux commentaire du journal L’Autorité (d’après nos recherches, créé sous le Second Empire, ce dernier porte l’opinion de la bourgeoisie de Dunkerque) qui salue en la mort de François-Ferdinand celle d’un individu belliciste, ce qui permet d’envisager un moindre risque de guerre à l’avenir (page 71).  Il est à noter que La Pradva a approuvé l’attentat contre l’héritier d’une monarchie faisant porter sur ses peuples « une domination terroriste » (page 73).    

Jean-Yves Le Naour apporte des informations très précises comme le montant de l’allocation aux femmes et parents des mobilisés (page 197) et rappelle que si les citadines ont beaucoup de mal à vivre avec cette allocation et un petit emploi à côté, par contre dans les campagnes l’accumulation de cette indemnité avec la hausse des prix agricoles fait naître l’idée que les paysannes s’achètent des bas de soie en cette  période de guerre.

Le livre 1914 La grande illusion rapporte des fausses rumeurs déjà assez connues et d’autres l’étant moins, comme celle reprise par le journal conservateur L’Express du midi qui affirme que depuis des automobiles des friandises empoisonnées sont distribuées aux enfants.  La distribution par avion de crayons de couleurs explosifs mutilant les enfants est déjà présente, rappelant que ce thème des jouets visant à mutiler les enfants qui les manipulent a été récemment repris au premier degré par Pef dans l’ouvrage pour enfants Une si jolie poupée.

Face aux discours délirants sur la mauvaise tenue au combat de l’armée allemande et l’état de totale famine qui sévirait déjà en Allemagne, on trouve une notable exception dans une remarque de Gustave Hervé (peut-être d’ailleurs à prendre comme la persistance d’une lucidité qui va progressivement s’étioler chez lui) :    

« C’est se préparer à de cruelles désillusions que de se figurer que l’armée allemande n’est qu’un ramassis de poltrons » (page 303).

Joffre en prend pas mal pour son grade dans les commentaires faits de son commandement sans pour autant survalorisé l’action de Gallieni lors de la bataille de la Marne (page 335 et suivantes). L’auteur revient évidemment sur un sujet auquel il a consacré des écrits spécifiques, à savoir la prétendue lâcheté des poilus méridionaux (page 379).

D’autres scoops existent comme celui de céder l’Indochine au Japon contre l’envoi d’un minimum de 300 000 soldats nippons ; la lumineuse idée en viendrait de Viviani (page 416).

Cet ouvrage "1914 La grande illusion" fournit à la fois  une vision globale du déroulé des prémices et début du conflit et enrichit le lecteur d’informations originales (certes marginales mais souvent très significatives).  

coup de coeur !

Pour connaisseurs Aucune illustration

Octave

Note globale :

Par - 422 avis déposés - lecteur régulier

526 critiques
09/05/16
L'armée française dans la société à la mobilisation en 1914. Musée de l'Armée le 11 mai 2016 à 14h30 dans l'auditorium Austerlitz.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Du même auteur :
> Dans la catégorie Grande guerre :