Ecrire un avis

Les oubliés de Prémontré

Les oubliés de Prémontré
Futuropolis99 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "L'hécatombe des fous"

Sébastien Vandenbosch a soutenu un diplôme universitaire d’histoire de médecine en 2014 dont le sujet était l’histoire de l’asile pour malades mentaux à Prémontré dans l’Aisne durant la Première Guerre mondiale. Le front s’étant stabilisé au nord de Soissons, cette ancienne abbaye est, durant presque tout le conflit, non loin des tranchées allemandes. Au moment de la déclaration de la guerre, on compte plus de 600 patients hommes et plus de 700 patients femmes dans cet établissement. Si les deux-tiers ont des origines dans l’Aisne, un quart provient du département voisin des Ardennes. Sébastien Vandenbosch a supervisé la réalisation de cet album.

Le récit est habilement romancé afin qu’une intrigue, mettant en scène une jeune fille travestie en garçon devienne l’héroïne du livre, captive le lecteur. Cette dernière Clémence, est la fille d’un négociant de Champagne d’Épernay ; ceci permet d’évoquer une révolte de vignerons en 1911 dans la Marne du fait des importations de raisins de l’Aude. Clémence s’est faite engagée au tout début d’août 1914 dans l’espoir de savoir ce qu’est devenue sa sœur qui avait été internée là secrètement en 1911.

On suit la vie de l’établissement et les problèmes qu’il rencontre avec les autorités allemands du fait du pillage des territoires occupées. L’arrivée à la tête de l’établissement d’un médecin psychiatre allemand mobilisé va un peu améliorer la situation alimentaire et permettre des actions contre les maladies infectieuses ; on est là dans une dimension fictionnelle qui permet de mettre en exergue le retard de psychiatrie française par rapport à la psychiatrie allemande. Il est tout-à-fait exact que la direction de l’établissement revint à l’économe, tous les médecins étant mobilisés. Sébastien Vandenbosch nous apprend en plus que ce dernier était le maire du village, ce qui ne transpire pas dans l’album.

Au début 1917 dans la fiction les patients de l’asile sont évacués dans la perspective d’un retour en France non occupée via la Suisse ; en vérité ce fut vers la Belgique en particulier vers l’asile Saint-Martin de Dave-les-Namur. Si la situation catastrophique des asiles durant la Seconde Guerre mondiale commence à être connue par beaucoup, et est rappelée dans un des derniers épisodes de la série télévisuelle d’Un village français, les problèmes qu’ont connus les établissements hospitaliers de ce type en Belgique et France occupées sont très largement ignorés. Les deux anecdotes, mises en scène page 20, autour de Charles Desteuque secrétaire aux Folies-Bergères et par ailleurs ardent boulangiste, sont authentiques. Ce dernier est mort en 1897 à l'asile de Prémonté.       

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Alexandre

Note globale :

Par - 379 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :