Ecrire un avis

Fin de vie: Le choix de chacun

Fin de vie: Le choix de chacun
Mols199 pages
1 critique de lecteur

Avis de Patricia : "La dépénalisation de l'euthanasie devrait ouvrir des dérives"

Cet ouvrage est sorti en 2021 en langue italienne avec comme nom Fine vita un problema di tutti : Riflessioni e proposte per una legga italiana condivisa sul suicido e l’eutanasia et il a été enrichi dans sa version française en s’inspirant notamment de la thèse Euthanasie : de l’autre côté du miroir rédigée par Pascale Favre (autour de la procédure collégiale en soins palliatifs, telle qu'elle est définie par la Loi en France).  Attilio Stajano a choisi de sous-titrer ce livre en Propositions pour une loi sur les soins de vie.  L’auteur avait déjà livré, fin 2020 chez le même éditeur,  un premier ouvrage intitulé Prends mes mains dans les tiennes: Le sens de la vie dans les rencontres des derniers jours. Le chapitre "Une action qui donne de la valeur à la vie" du livre publié en 2022 est d’ailleurs tiré de l’ouvrage publié en 2020. Attilio Stajano est bénévole accompagnateur auprès des patients en soins palliatifs, et se présente comme "volontaire", terme en usage outre-quiévrain. En effet c’est à Bruxelles qu’il intervient.

 

Le débat sur l’euthanasie a été d’actualité en France et s’il n’a pas été, comme attendu, un des thèmes de l’élection présidentielle (vu les évènements en matière d’Affaires étrangères), il devrait s’imposer dans l’hexagone fin 2022 ou début 2023 d’autant qu’Olivier Falorni, avocat de l’euthanasie depuis son élection comme député en 2012 (contre Ségolène Royal) se représente.  Notons qu’en avril 2021, l'Assemblée nationale avait débattu d’une proposition de loi de ce député rochelais radical de gauche, et on avait ainsi vu 240 députés (sur un total global de 577) approuver le principe d'une "assistance médicalisée active à mourir".

 

D’autre part Emmanuel Macron a annoncé un débat sur la fin de vie et avait, lors d’un déplacement justement en Charente-Maritime, le Président avait même déclaré être favorable au modèle belge. Il a nommé comme ministre de la Santé Brigitte Bourguignon qui  a été autrefois sensible aux idées de Marie Humbert mère de Vincent Humbert (tétraplégique) et figure de la lutte pour la légalisation de l'euthanasie. Elle-même, en septembre 2017, avait déposé une proposition de loi tenant à légaliser « l’assistance médicalisée active à mourir ». Vu le coût des soins palliatifs, selon nous une ouverture en matière d’euthanasie pourrait inciter les équipes hospitalières à fixer, sous la pression des Agences régionales de santé, un temps accordé à un patient en soins palliatifs. La piste de l’euthanasie serait largement mise en avant après ce qui serait qualifié d’étape en soins palliatifs.    

 

Attilio Stajano consacre de nombreuses pages à nous présenter des patients qu’il a connus en soins palliatifs. On apprend que dès 1990, l’évêque de Milan comprenait que les païens demandent l’euthanasie (pages 14-15) en déclarant que « si la foi (chrétienne) est défaillante, l’homme n’est plus en mesure de percevoir le caractère immoral de l’euthanasie » et « lorsque la foi en la vie éternelle faiblit ou disparaît, si le seule existence est la vie terrestre, (…) il est logique de la couper si elle provoque souffrance et douleur » (pages 34-35).      

 

L’auteur attribue la naissance des soins palliatifs à l’action, à partir de 1967 au St Chrispopher’s Hospice de Londres , de la doctoresse Cicely Mary Saunders (page 63). Ajoutons personnellement qu’elle fut en formation d’infirmière à la Nightingale School of Nursing de l’hôpital St Thomas durant la Seconde Guerre mondiale.  Quatre chapitres sont consacrés à évoquer les modalités dans lesquelles se déroulent les soins palliatifs et les demandes d’euthanasie. Outre-quiévrain on compte près de 7 lits de soins palliatifs pour 100 000 habitants et en 2019 le nombre d’euthanasies a été de 2 655 (pour plus de onze et demi millions d’habitants).

 

Selon la loi de 2022, l’euthanasie peut être administrée soit à un patient conscient ou un malade qui a rédigé une demande anticipée d’euthanasie. En 2014, l’euthanasie est autorisée sur les mineurs. La résidence en Belgique ou la nationalité belge ne sont pas requises, toutefois l’esprit de ce type de loi oblige à un séjour continu assez long en Belgique, ou plusieurs déplacements dans ce pays pour diverses consultations. La romancière française Anne Bert, résidente d’ailleurs en Charente-Maritime et atteinte de la maladie de Charcot, est morte il y a cinq ans dans un hôpital belge. Son choix de l’euthanasie a été largement médiatisé.

 

Pour l’auteur, la pratique de l’euthanasie commencerait à se glisser dans certains interstices comme son application à des patients suivis en psychiatrie, un élargissement par une banalisation de l’idée de souffrance insupportable, une prise en compte possible dans l’avenir vers une situation hollandaise où le mal-être psychologique serait retenu comme extrême douleur.    

 

La situation française actuelle est présentée, on pointe là la disparité territoriale de l’offre en soins palliatifs et le manque de formation des médecins généralistes dans le domaine de la sédation. Après un chapitre expliquant que le Royaume-Uni, pionnier en matière de soins palliatifs, connaît toujours une interdiction du suicide assisté, près de cinquante pages  sont consacrées à l’univers italien en matière de sédation et de possible dépénalisation de l’euthanasie. Si le recours à un référendum sur la légalisation de l'euthanasie a été rejeté, début 2022, par la Cour constitutionnelle italienne par contre le sujet est toujours en débat au parlement. Les députés italiens ont voté en faveur d’une nouvelle loi qui autoriserait la « mort volontaire médicalement assistée » pour les patients majeurs « souffrant d’une maladie irréversible avec un “pronostic malheureux” », leur causant « une souffrance physique et psychologique absolument intolérable », le Sénat ne s’est pas encore prononcé. L’auteur réfléchit autour de treize pistes de réflexion sur le sujet. Il a proposé également treize points pour lutter contre les dérives de l’euthanasie (p. 95-102).  Des annexes sont en ligne à http://finevita.stajano.org/Annexe.htm.  

 

Pour tous publics Aucune illustration

Patricia

Note globale :

Par - 120 avis déposés - lectrice régulière

120 critiques
30/05/22
Euthanasie: 20 ans après son adoption, comment la loi a évolué https://www.moustique.be/actu/belgique/2022/05/28/euthanasie-20-ans-apres-son-adoption-comment-la-loi-a-evolue-239163
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :