Ecrire un avis

Faux témoignages: Pour en finir avec les préjugés anticatholiques

Faux témoignages: Pour en finir avec les préjugés anticatholiques
Salvator279 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Pas plus de témoignages que de beurre en broche"

L’auteur s’attache à démontrer entre autre que l’Église n’a pas soutenu un antisémitisme qui s’est toujours manifesté durant des siècles, que l’univers médiéval n’était ni sombre ni éclairé par les bûchers de l’Inquisition, que les instances catholiques condamnèrent des scientifiques pour des motifs nobles (lutte contre l’astrologie avec Galilée), que les Croisades sont une réponse aux provocations des musulmans et jamais des actions de pillage alors que les massacres des populations étaient une habitude culturelle de l’époque, que la science est la fille aînée de l’Église (Dieu ayant donné la raison aux hommes pour qu’ils découvrent les lois qu’il a établis), que les condamnations papales de l’esclavage furent nombreuses, que les  visions progressistes véhiculées sur les raisons d’apparition et de développement du protestantisme sont erronées, que les martyrs chrétiens des régimes révolutionnaires ne se comptent plus, qu’il y a toujours eu deux Églises (celle du pouvoir et celle la piété)…

La bibliographie ne renvoie qu’à des titres en anglais, même si quelques ouvrages cités ont connu une édition originale en français, en particulier un titre de Marc Bloch et un de Fernand Braudel.

Le contenu de l’ouvrage séduira ceux qui s’attendent à un discours contrant certaines affirmations anticléricales. Il semblerait que l’impasse soit faite sur des aspects peu glorieux comme ceux touchant la vie de certains papes (dont les Borgia) ou certaines persécutions de païens dont celle débouchant sur l’assassinat en 415 d’Hypatie, femme de lettres et de sciences à Alexandrie.

Au sujet de la Guerre civile espagnole, on est surpris de lire : « Les républicains ne laissèrent d’autre choix à l’Église que celui d’apporter son soutien à Franco, ne serait-ce que parce que celui-ci offrait une certaine protection au clergé, aux moines et aux religieuses face aux escadrons républicains de la mort «  (page 224).  Rappelons qu’au Pays basque, la répression nationaliste frappe notamment le petit clergé catholique qui avait choisi le respect de la légalité républicaine alors que la hiérarchie avait choisi le camp insurrectionnel. Le titre en anglais Bearing false witness (Porter un faux témoignage) comme le titre français sont étonnants, il n’est pas ici dénoncé des témoignages sur des faits historiques mais des opinions émises aujourd’hui sur des évènements du passé.

Pour tous publics Aucune illustration

Benjamin

Note globale :

Par - 310 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :