Ecrire un avis

L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg

L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg
ALPHIL et Presses universitaires suisses 512 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Regardez catholiques corses, le culte de Marie naît là"

Wilhelm Gumppenberg est un jésuite bavarois né en 1609 à Munich et décédé à Innsbruck dans le Tyrol en 1675. Il a été à Rome, pendant environ dix ans, professeur de théologie et de la philosophie. Il a passé une vingtaine d’années comme prédicateur en Bavière, en Suisse ou dans le Tyrol successivement à Ingolstadt, Fribourg (dans le canton éponyme), Trente, Augsbourg, Dillingen et Innsbruck.

À la basilique Saint-Pierre, il a travaillé pendant quatre ans de 1662 à 1666 comme confesseur pour les pèlerins de langue germanique, puis il est retourné en Bavière. C’est en 1657 en latin puis en 1659 en allemand qu’il a fait publier à Munich en deux volumes son "Atlas Marianus sive de imaginibus Deiparae par orbem christianum miraculosis". Une version plus étoffée est sortie par ailleurs en latin en 1672.  

Il s’agit là d’un atlas mariologique. Cet ouvrage recense et fait une description historique d’une centaine de lieux où un culte particulier est dédié à la Sainte Vierge. Chaque fois une image de la Vierge en rapport était fournie, dans cette édition il en a été rajouté d’autres illustrations, y compris des photographies (certaines rendant compte de statues détruites, comme page 59 avec Notre-Dame-de-Lorette. C’est une véritable cartographie touchant l’ensemble de l’Europe catholique, de Cordoue à une cité alors lithuanienne (mais aujourd'hui biélorusse) bien plus à l'est que Vilnius en passant par Einsiedeln en Suisse,  qui est offerte, par ailleurs on puisera là des informations complémentaires en histoire de l’art. L’Amérique, par trois sites dans l'actuel Chili, est évoquée. L’Asie et l’Afrique ne sont pas représentées car elles n’apparaissent que dans la version latine de 1672.   

Des notes fort utiles sont proposées, tant au sujet des changements de noms (Raguse devenue Dubrovnik par exemple) que des personnes citées ou que des enjeux sociaux, politiques ou religieux  de tel fait rapporté par Wilhelm Gumppenberg. La Contre-réforme catholique se fait en particulier par le culte marial et les images saintes, ici nous sont présentés des documents qui relèvent de ces deux aspects portés largement par l'action des jésuites.  "L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg" est un ouvrage bilingue allemand en version d’origine / français. Parmi les auteurs, Nicolas Balzamo et Fabrice Flückiger enseignent à Neufchâtel tandis qu’Olivier Christin appartient aussi bien à l’université de Neufchâtel qu’à l’École pratique des hautes études de Paris.

La lecture de "L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg" trouvera un habile prolongement dans celle du "Dictionnaire encyclopédique de Marie" chez Desclée de Brouver où Wilhem Gumppenberg se voit justement consacrer une demi-page entière avec parmi les quatre renvois un fort judicieux vers un article consacré à Marie et les protestants, et un non moins pertinent vers le prince Pál Esterházy (1635-1713), qui a quelques ancêtres luthériens, et a traduit en hongrois "L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg".

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 334 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :