Marie Mondialisée : l’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne, de Naïma Ghermani : avis et résumé critique de Benjamin


Ecrire un avis

Marie Mondialisée : l’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne

Marie Mondialisée : l’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne
Alphil et Presses universitaires suisses256 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous pauvres chercheurs !"

"L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg" trouve un prolongement dans "Marie Mondialisée". Rappelons que "L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg", disponible dans son édition de 1659 en allemand (une version plus complète de 1672 existe en latin), recense les lieux essentiellement européens (trois sites dans l'actuel Chili sont aussi décrits) où une apparition de la Vierge aurait eu lieu. Une carte (page 225) dans la conclusion de "L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg" montre l’emplacement géographique précis des 97 sites européens. Comme le fait remarquer Fabien Simon dans sa contribution démarrant à la page 145 on trouve plusieurs lieux de pèlerinage à la limite des autres grandes religions qui ont été présentes en Europe entre le XVe et le XVIIe siècle : à proximité du monde musulman deux sites en Andalousie, deux à Malte et trois en Dalmatie, face aux calvinistes ou luthériens Notre-Dame des Ardilliers à Saumur ainsi que des sites en Suisse, Pays-Bas, Allemagne centrale, Franconie, Bohème, Silésie, vers le monde orthodoxe trois emplacements en Lituanie.

Consécration de la ville de Lyon à Marie en 1643                                               (image n'appartenant pas au livre)

En fait  "Marie Mondialisée" se présente comme une suite de textes de divers chercheurs (une douzaine) permettant de mettre en exergue un des aspects du contenu ou des conditions de réalisation de "L’atlas Marianus de Wilhem Gumppenberg". Le premier chapitre se propose de s’intéresser à la place que prend le surnaturel dans le discours, le second évoque la dimension cartographique, le troisième montre l’appui que les jésuites trouvent dans le personnage de Marie pour devenir un mouvement qui est le fer de lance de la Contre-Réforme, le dernier cherche la place que prennent les images saintes de Marie dans l’esprit des jésuites. On apprécie l’index des personnes et celui des lieux.  On comprend très bien que le discours et l’iconographie autour de Marie portent une vision du monde particulière, que certains savoirs modernes sont mis au service d’une dimension surnaturelle. La richesse iconographique est impressionnante avec une large taille (souvent la page entière) pour les documents proposés si bien que le lecteur peut faire sa propre lecture de ceux-ci. L’ouvrage est entièrement en français et n'est pas bilingue français/allemand comme le précédent.    

Réservé aux spécialistes Beaucoup d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 262 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :