Ecrire un avis

La fille de l’Exposition universelle, 1. 1855

La fille de l’Exposition universelle, 1. 1855
Grand Angle / Bamboo64 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "L’Empire c’est la guerre perpétuelle"

Après le coup d’état, faisant suite à son élection présidentielle comme le Prince-Napoléon, Napoléon III proclamait  "L’Empire c’est la paix ", les Français qui tombèrent sous le Second Empire tant en Italie, qu’en Crimée et au nord de la France rien que pour l’Europe plus en Afrique, en Amérique (Mexique) et Asie (Indochine et Chine) apprécièrent un peu tardivement cette formule.

Voilà une fiction porteuse, sans avoir vraiment l’air, de nombreuses informations. En effet, le jeune lecteur captera, s’il le veut bien, que déjà en avril 1855 (après seulement moins de trois ans comme empereur)  Napoléon III a amené ses troupes  à poursuivre la conquête de l’Algérie et à se battre en Crimée contre les Russes. L’action démarre d’ailleurs au pont de L’Alma en cours de construction, autrefois connu uniquement pour son zouave érigé en mémoire d’une des quatre unités ayant valeureusement combattu lors de la Guerre de Crimée, il est maintenant rentré dans la mémoire pour son tunnel où périt la princesse anglaise Diana en 1997.      

On ouvre sur la pendaison de la maîtresse de l’heure de Napoléon III (autre renseignement à prendre, l’Empereur les collectionnait) sur ce pont, un acte dû à des malfaiteurs.   Peu après on retrouve Napoléon III et celui-ci évoque les morts et les exils dus à son coup d’état de décembre 1852. Il reçoit celui qui devint son ami, en des circonstances non précisées, ce dernier évoque la situation en Algérie et les rêves de l’Empereur d’une Algérie où les militaires protégeraient les indigènes de la rapacité des colons.

On assiste ensuite avec cet officier à l’inauguration de l’Exposition universelle de 1855 à laquelle est présente une jeune gitane Julie Petit-Clou, aux dons avérés de voyance dans le passé et éventuellement dans le présent immédiat et le futur. Elle rencontre Émile Lambot, un inventeur qui figure l’authentique découvreur du béton armé, à savoir Joseph Louis Lambot.

L’action se complique avec des enlèvements et des tentatives de tuer l’Empereur ; elle se termine avec une de ses fêtes impériales qui furent un des côtés mirobolants du régime. C’est bien dramatisé et la fin ne manque pas de surprendre par son originalité. Le graphisme est proche de celui habituel dans la BD s’inspirant de la caricature, les décors sont parfois fouillés (et en particulier celui de certaines rues de Paris). Un dossier documentaire traite essentiellement de l’Exposition universelle de 1855 mais dit un mot aussi sur la Guerre de Crimée et la politique dite du Royaume arabe en Algérie.     

coup de coeur !

Accessible jeunesse Beaucoup d'illustrations

Zaynab

Note globale :

Par - 437 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :