Ecrire un avis

Distinguer et soumettre: Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914)

Distinguer et soumettre: Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914)
Presses universitaires de Rennes279 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Quand des officiers français collaient des timbres à l’envers parce qu’ils se fichaient de la République"

Le fait, énoncé en titre, est authentique puisque je le tiens de ma mère qui avait vu son oncle, né dans les années 1880, continuant cette pratique durant l’Entre-deux-guerres.  C’est l’école militaire de Saint-Maixent (entre Poitiers et Niort) qui permettait aux sous-officiers de suivre une formation pour devenir officier durant la IIIe république. Notons que leurs noms,  classés par promotion, reste encore inscrit sur les murs de cet établissement et qu’on retrouve un certain nombre de ces patronymes sur le monument aux morts. Ceux qui passaient là terminaient leur carrière comme commandant, lieutenant-colonel ou colonel. Notons qu’entre 1907 et 1911, c’est le lieutenant-colonel Lavisse, frère de l’historien Ernest qui dirige  l’école militaire de Saint-Maixent ouverte en 1882. Ce dernier est récompensé en  1910 par l’Académie française pour son ouvrage Devoirs d’officier. Le troisième chapitre de la première partie est une étude des trajectoires de ces hommes. Les deux chapitres précédents sont consacrés à présenter certaines caractéristiques l’éventail des sous-officiers.

 

La seconde partie "Vocations militaires" comporte deux chapitres où on rappelle en particulier que l’importance des Corses dans l’armée est une réalité et que les enfants de troupe étaient répartis dans cinq écoles. Ajoutons que celle d’Autun propose un musée rappelant leur mémoire au sein du lycée militaire existant aujourd’hui. Ses archives ont été emportés par les Allemands en 1940 et n'ont jamais été retrouvées. Ces enfants de militaires arrivent à 13 ans mais nombre d’entre eux ont un niveau scolaire très bas, ne maîtrisant qu’imparfaitement le déchiffrage. Ce n’est qu’à partir de 1897 que l’entrée se fait par la possession du certificat d’études et c’est le général Sarrail, directeur de l’infanterie entre 1907 et 1911, qui impose la préparation du brevet élémentaire durant le temps passé dans les écoles militaires. Il est par contre déconseillé d’encourager les meilleurs élèves à passer le brevet supérieur, quasiment du niveau du baccalauréat mais évidemment sans latin ni grec et ni philosophie. On craint que ces futurs sous-officiers ne vivent mal leur entrée dans l’armée. Toutefois les meilleurs élèves, dans les années 1910, sont autorisés à demander leur entrée au Prytanée de La Flèche.

 

Le troisième volet se nomme "Hiérarchie et discipline", on découvre là trois chapitres avec pour titre "Officiers et sous-officiers ", "Produire l’obéissance" et "Dans les eaux troubles de la discipline militaire". Se succèdent dans cette troisième partie les points suivants : "La division morale du travail militaire",  "Le galon, contre l’épaulette", "Atteindre les cœurs : l’idéal de l’officier éducateur", Soumettre les corps : le travail disciplinaire des sous-officiers", "Exploiter les zones d’incertitude : corruption, fricotage, j’men fichtisme", "Fragilité du travail disciplinaire : résistances et ressentiments", " Alexandre  Millerand à la caserne (1879-1880)", "Pourquoi les soldats obéissent ?".

 

On notera qu’avec la liberté de la presse instituée par les républicains, nombre de problèmes personnels sont exposés et que dans certains cas on attribue le problème à une hostilité entre franc-maçon et catholique. Alexandre Millerand, bachelier et fils de riche commerçant, connaît certains privilèges et ce qu’il dira et fera plus tard en tant que ministre de la Guerre (en 1912-1913 puis en 1914-1915) est à lire en fonction de certaines légendes qu'il a construit sur son année de service militaire.     

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Alexandre

Note globale :

Par - 356 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :