Ecrire un avis

Annele Balthasar

Annele Balthasar
Arfuyen204 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Du balai les sorcières!"

L’Alsace fut largement touchée par les procès en sorcellerie, comme tout l’espace rhénan ; d’ailleurs en 2000 s’était tenue, au  Musée d'histoire de la ville de Luxembourg, une exposition intitulée Incubi succubi : les sorcières et leurs bourreaux, hier et aujourd'hui qui dressait un panorama pour cette vaste région. L’Alsace a d’ailleurs sa Maison des sorcières en Alsace à Bergheim où on découvre le contexte historique des quarante procès de sorcellerie tenus entre 1582 et 1683 dans cette commune à proximité du château du Haut-Koenigsbourg (voir http://www.ville-bergheim.fr/culture/musee.php)

En 1589, bien plus au sud de Bergheim, dans le Sundgau proche de la frontière suisse et alors territoire habsbourgeois, s’est déroulé à Altkirch le procès d’Annele Balthasar. Dans un texte de l’ouvrage qui nous intéresse, l’universitaire  Jacob Roginski rappelle qu’Annele Balthasar fut accusée d’avoir rendu un enfant malade et causé la mort de trois veaux (page 17).

Du contenu de la pièce, on relèvera, comme particulièrement porteur d’un imaginaire de l’époque, ceci parmi les aveux forcés de l’héroïne :

« You hou ! You hou ! Nous avons chevauché dans la nuit… sorties par la cheminée… sur un manche à balai ! Comme le vent ! You hou ! Par-dessus les cimetières (…) Nous avons dansé toutes nues dans les pins ! Les petits hiboux nous ont accompagné de leurs hurlements… Les chiens ont hurlé… Après cela, quelqu’un est mort dans le village » (page 141).

L’auteur est originaire du Sundgau ; il est né en 1892 à Waldighoffen. Il sert sous l’uniforme allemand durant la Première Guerre mondiale et fait prisonnier par les Russes,  en tant qu’Alsacien il est rapatrié en France en 1916, travaillant par la suite dans une usine d’armement au Creusot. Comme beaucoup d’écrivains alsaciens de l’Entre-deux-guerres, il écrit ses ouvrages en allemand ou alémanique. Cette pièce de théâtre est publiée et représentée en 1924, l’année où Hitler écrit Mein Kampf œuvre de dénonciation changeant la cible des sorcières pour celle des juifs. La traduction en est due à Jean-Louis Spieser à qui on doit de fort intéressants ouvrages autour des internés alsaciens-lorrains durant la Grande Guerre ; cette version française fait face au texte original en alémanique.

idé cadeau

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 656 avis déposés - lecteur régulier

514 critiques
21/11/18
Aussi un procès de sorcières à Marmande en 1453
https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/marmande_47157/conference-propos-sorcieres-marmande_19547568.html
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :