Ecrire un avis

Combattants de l’Empire: Les troupes coloniales dans la Grande Guerr

Combattants de l’Empire: Les troupes coloniales dans la Grande Guerr
Vendémiaire 360 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Des races guerrières?"

En 2013, à l’occasion de la reconstruction du monument à l’identique du monument en hommage aux troupes coloniales à Reims, se tint un colloque dans l’université de cette même ville. Voici donc les actes composés de vingt contributions.

Elles se répartissent en trois parties : combattre, polémiques et polémiques, mentalités et représentations. Nous sélectionnons un certain nombre de sujets que nous avons jugé personnellement bien intéressants. Dans le premier volet, on n’est pas surpris de trouver traités les combats au Cameroun mais il s’agit de voir la réalité coloniale, le recrutement et les timides bouleversements d’après-guerre qui touchent les indigènes de l’AEF. On a une autre recherche proche pour les Congolais de la couronne de Belgique. L’offensive, dans le massif de Mogléna, qui débute le 15 septembre 1918 et se conclut par la première demande d’armistice (celle de la Bulgarie) se fait avec un apport non négligeable de tirailleurs sénégalais. Il s’agit de la bataille dite du Dobro Polje. Un texte évoque les combattants venus de la Somalie française. Une communication s’intéresse au sort des prisonniers français de religion musulmane, ils sont régulièrement invités à rejoindre l’armée ottomane par le lieutenant El Hadj Abdallah, dit Boukabouya, un peu trop rapidement présenté page 49.      

La seconde partie montre la situation difficile des Italiens dans leurs colonies a un certain nombre de conséquences dont celles de ne pas envoyer des troupes indigènes combattre en Europe. Il s’agit de préserver, auprès des noirs, un prestige de l’Européen bien plus contesté là que dans les colonies des autres pays. En Indochine il y a des rébellions et des mutineries. Un texte de Dominique Chathuant montre que les Américains se comportent en cow-boy, vis-à-vis des troupes coloniales françaises, dans certains ports de l’Atlantique et cela a pour conséquence des bagarres avant et après l’Armistice. Cela débouche aussi sur le vote le 25 juillet 1919 d’un ordre du jour condamnant les préjugés raciax, toute la presse nationale se réjouit le lendemain de cette décision depuis L’Action française jusqu’à L’Humanité. Ne disposant malheureusement pas du moindre extrait du texte évoqué, le lecteur est dans l’incapacité de se faire une opinion sur le contenu de ce texte. Dominique Chathuant  le qualifie, avec un angle qui paraît bien vertueux en rapportant que « La Chambre proclame l’égalité des races ».  

Le troisième volet propose des réflexions autour des sujets suivants : Stéréotypes contradictoires, Les graffitis du Chemin des Dames, Inverser le regard : France et Français vus par les tirailleurs coloniaux, Les pérégrinations du Monument aux Héros de l’Armée Noire de Reims, La mémoire scolaire. Cette dernière étude ayant été rendue possible grâce aux collections du musée de l’Éducation de Troyes, relevons que ce dernier publie également un intéressant périodique.

Pour connaisseurs Aucune illustration

Alexandre

Note globale :

Par - 333 avis déposés - lecteur régulier

27/11/18
Je prends connaissance de la critique de l'ouvrage Combattant de l empire. Je n'ai rien qualifié du tout dans ma présentation du texte voté le 25 juillet 1919. La Chambre a bien proclamé ce jour là l'égalité des races et les contraintes éditoriales (qui sont aussi celles de Richard Fogarty, p. 49 et de tous les autres contributeurs) m'empêchaient de citer in extenso un texte par ailleurs disponible sur Gallica : « La Chambre, fidèle aux principes immortels qui ont inspiré la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen, réprouvant et condamnant tout préjugé de confession, de caste ou de race, affirme et proclame l'absolue égalité de tous les hommes sans distinction d'origine ou de couleur, au bénéfice et à la protection de toutes les lois du pays. Elle compte sur le gouvernement pour imposer à tous le respect de ses lois et en particulier pour poursuivre avec l'énergie nécessaire toutes les sanctions que peuvent comporter les infractions à la loi pénale commises sur le territoire national, quels que soient les auteurs ou les victimes de ces infractions et passe à l'ordre du jour ».

333 critiques
28/11/18
Titre du point, page 232:
« La Chambre proclame l’égalité des races »
On ne demandait pas une citation du texte en entier, mais la phrase significative donnée, sur Grégoire de Tours, avait toute sa place (dans plusieurs sens du terme). Renvoyer le lecteur à Gallica pouvait faire l'objet d'une note en précisant évidemment comment trouver ce texte sur Gallica.
Un historien, pas un compilateur bien sûr, se doit de donner à son lecteur les moyens de comprendre par lui-même ou d'aller vérifier ce qu'il avance. Ceci lorsque le point évoqué est important et c'était vraiment le cas. Votre grand mérite est de l'avoir mis en avant dans votre article.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La Grande Guerre hors de France .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :