Ecrire un avis

Un après-midi d’été

Un après-midi d’été
Delcourt
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Lundi des patates, mardi des patates, mercredi des patates (...) et dimanche gros sur la patate"

Ce second tome appartient à une série qui n'a jamais dit son nom. En fait l'histoire suit  le récit "Trois éclats blancs" paru chez Delcourt en 2004. "Un après-midi d’été" propose une action située dans le même port breton que précédemment, on retrouve deux des trois personnages principaux en 1919 à savoir la jeune fille Perdrix et Nonna. Par contre l’ingénieur devenu officier est absent, on apprendra plus tard que Nonna a dû assister au refus de l’ancien ingénieur (devenu alors capitaine) d’exécuter un nouvel ordre d’attaque après que les deux tiers de sa compagnie aient été décimés. Ce refus doit entraîner un passage devant un peloton d’exécution, dont la mise en scène nous est épargnée car Nonna n’en est pas témoin. Cet épisode de sa vie au front, plus que de nombreux autres également mis en scène, hante Nonna. Ceci au point qu’il ne sent plus capable de fonder une famille malgré le désir de Perdrix. Le tireur d’élite (on ne disait pas encore « snipper ») allemand se voit, comme dans la BD "Les Folies bergères", régulièrement offrir un mannequin (pages 22-24). Toutefois ici en une circonstance particulière, ce n’est pas lui qui est présenté au point habituel mais un gradé particulièrement revêche, arrivé depuis peu et qui ne connaît pas cette habitude (pages 67-68). Le graphisme assez minimaliste dans ces deux tomes s’inspire déjà un peu de celui d’Hugo Pratt, toutefois l’influence de ce style est encore plus prégnante pour cette série de Bruno Le Floc'h.

Alexandre

Note globale :

Par - 372 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :