Ecrire un avis

Le bêtisier du laïco-sceptique

Le bêtisier du laïco-sceptique
Minerve158 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Laïcité radicale"

Cet ouvrage est issu de la collaboration de Nathalie Heinich, René Fregosi, Virginie Tournay et Jean-Pierre Sakoun. Tous sont membres du Comité laïcité République, une association qui décerne habituellement divers prix de la laïcité. Xavier Gorce propose une bonne dizaine de dessins humoristiques autour des idées avancées. Le discours tenu par les personnages de ce dernier est très caricatural, ainsi page 117 peut-on assister aux dialogues suivants: « Un père qui choisit un mari pour sa fille c’est révoltant, C’est mon rôle de père (…) Croyez-vous qu’elle puisse choisir seule à douze ans ». Page 36, un personnage acquiesce par « Vive les femmes libres » à la déclaration suivante de son voisin : « Je soutiens les femmes qui choisissent de se cacher sous un textile pour ne plus être objet de ma concupiscence masculine ».

Ce titre est divisé en sept chapitres respectivement intitulés : Définition de la laïcité, Laïcité et liberté, Extension du domaine de la laïcité, Laïcité et concordat, La laïcité et l’islam, Savoirs scientifiques et laïcité, Moyens de lutte en faveur de la laïcité. Après une présentation de chaque sujet, il est proposé une demi-douzaine de questions. Les réponses ont parfois un caractère acerbe et défendent globalement l’idée que la laïcité est un instrument de liberté mais aussi possiblement d’émancipation.

Dans cette conception de laïcité séparatiste, pouvoir pouvoir railler certains aspects d’une religion est un droit. Une critique des idées portées par le wokisme est le ressort de certaines réponses. Cela se retrouve en particulier dans le commentaire autour de l’affiche de la FCPE faisant apparaître une mère d’élève voilée. On peut alors lire à cette page 53 : « La gauche, qui faisait avancer de pair progrès social et humain, est aujourd’hui affaiblie par une forme de soutien au repli ethnico-religieux ».

Page 37, un paragraphe est très significatif de l’idéologie globale portée par ce livre: « L’inter-culturalité, ou l’échange libre entre différences cultures, marque l’histoire et l’évolution de toute civilisation. Elle est source de progrès lorsqu’il y a un enrichissement mutuel (dans les arts, la littérature, la gastronomie, etc.). En revanche le multiculturalisme a pour idéal le remplacement de nos références communes, c’est-à-dire tout ce qui unit les individus au sein de la nation, par un principe d’organisation de la société fondé sur des appartenances culturelles et religieuses particulières. Cette notion n’est donc pas culturelle mais politique. Elle est incompatible avec la laïcité, car elle menace directement la conception républicaine de la citoyenneté, qui repose sur l’idée de res publica (chose publique), constituée par des individus libres et égaux, et non par des membres de communauté ». 

Les questions proposées ne manquent pas de reprendre des idées naïves ayant cours dans l’opinion publique, les réponses apportées ne manquent pas de rigueur intellectuelle dans leur volonté de démonter ces opinions. On relève en particulier :

« Pour lutter cotre l’influence étrangère à travers le financement des mosquées, pourquoi ne pas autoriser le financement public » (page 61)

« La laïcité n’a rien à voir avec la lutte féministe » (page 35)

« Il faut en finir avec la police des vêtements, qui empêche les femmes de s’habiller librement et de se voiler » (page 34)

« L’important c’est la lutte contre le terrorisme » (page 119)

« Le devoir de la fraternité entre les peuples impose de ne pas se moquer des religions » (page 72)

« L’obsession de la dénonciation du voile est l’expression d’une politique de droite, voire d’extrême-droite, et ne fait que dissimuler une forme de racisme » (page 89)

« Transformer cet outil de pacification qu’est la laïcité en son contraire, autrement dit en instrument de guerre, c’est un détournement impardonnable » (page 125)

 « Pourquoi défendre la laïcité ? Elle n’est pas menacée » (page 114)

Les annexes ne manquent pas d’intérêt puisque sont offerts successivement soit les textes soit leur présentation : La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, Le décret du 21 février 1795 (présenté comme l’ancêtre visionnaire, on trouve dans ce décrets des points qui seront repris dans la loi de 1905 comme le fait qu’aucun exercice d’un culte ne peut être troublé ou qu’aucun signe particulier d’un culte ne peut être mis dans un lieu public), Les grandes lois scolaires laïques de 1879-1886, Le chapitre 4 sur la liberté de la presse qui met fin aux poursuites pour blasphème, Nombre d’articles de la loi de 1905, Trois articles de la Constitution de 1905 mentionnant notamment le caractère laïque de la République française, la devis de ce dernier et l’exercice de la souveraineté nationale, La loi du 15 mars 2004 autour du port de signes religieux à l’école, La circulaire Châtel du 27 mars 2012 visant à exclure des sorties scolaires les parents manifestant leur conviction religieuse, Le regard critique du Comité Laïcité République autour du projet de loi n°3649 rectifié confortant les respect des principes de la République qui a débouché sur la loi n° 2021-1109 du 24 août 2021 appelée "Loi contre le séparatisme".

Pour tous publics Quelques illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 478 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :