Ecrire un avis

Ils ont échappé à la mort. Les tentatives d'assassinat qui ont changé l'histoire de France

Ils ont échappé à la mort. Les tentatives d'assassinat qui ont changé l'histoire de France
Tallandier216 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Bastien-Thiry et Paul Colette : point commun Laval"

Tout d’abord, il faut s’interroger si des tentatives d’assassinat ratées ont réellement eu des conséquences sur le cours de l’histoire de France. Celle qui eût le plus de conséquences, selon l’auteur (et nous le suivons) est celui de Coligny, que l’on mènera à fin deux jours plus tard. Viendrait ensuite après l’attentat du Petit-Clamart , avec Jean-Marie Bastien-Thiry, contre le général de Gaulle permettra à ce dernier de faire passer par près des deux tiers des voix, par référendum, l’élection du président de la République au suffrage universel.

En général ces assassinats ratés consolident la popularité de la victime, ils peuvent même servir de prétexte pour le régime pour accuser d’autres ennemis jugés plus dangereux. Napoléon prend prétexte d’un attentat royaliste pour emprisonner des jacobins, le régime de Vichy utilise l’agression contre Pierre Laval (par Paul Colette, ancien des Croix-de-feu et de l’Action française) pour faire fusiller des militants communistes.

On apprend des choses inconnues, comme le fait que Louis-Philippe a échappé à une dizaine d’attentats. Il semblerait que l’attentat qui est eu le moins de conséquences politiques fut celui perpétré par Maxime Brunerie contre Jacques Chirac, on apprend ici qu’il passa sept ans en prison et que sa santé mentale ne semble pas s’être considérablement amélioré depuis. Outre les personnages déjà cités, on présente comme autres cibles : Henri IV pour 1594 (il meurt en 1610 sou les coups de Ravaillac), Louis XV, Napoléon III, Georges Clemenceau.

La seule erreur factuelle à relever est celle de la page 163 qui attribue à Déat un passé de communiste, alors qu’il fut député socialiste dans l’Entre-deux-guerres. Le livre ne le signale pas mais Georges Lamirand, secrétaire d'état à la jeunesse d'un gouvernement Laval sous l'Occupation, a pour fille Geneviève qui épouse Jean-Marie Bastien-Thiry.

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 634 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Du même auteur :
> Dans la catégorie Histoire transversale :